Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > ESS et international : l’économie populaire sociale et solidaire

ESS et international : l’économie populaire sociale et solidaire

Publié le 24 octobre 2017  Commentaires

Le Labo de l’ESS vous invite ce mois-ci à l’étranger pour réfléchir à des enjeux de l’économie sociale et solidaire au niveau international, alors que la formule « économie sociale et solidaire » a été utilisée dans un texte officiel onusien pour la première fois il y a quelques mois. Sous l’angle de l’économie populaire sociale et solidaire, ce sont les problématiques de coopération, de sortie de la précarité, d’activités environnementales et sociales et de développement local qui sont abordées dans ce dossier.

Une tribune de Carlos de Freitas, co-directeur / directeur des programmes, FMDV- Fonds Mondial pour le Développement des Villes :

L’"Internationale" de l’Economie et de la Finance Sociales et Solidaires : le chaînon manquant ?

Pour la première fois, depuis les premières expériences organisées d’économie et de finance sociales et solidaires (EFSS), la reconnaissance institutionnelle de ces deux champs majeurs de notre « Agenda transformatif du Développement Durable » a atteint en 2016 un point culminant. Un texte officiel onusien, adopté par plus de 170 Etats, , intègre la formule « économie sociale et solidaire » - une intégration historique. De quoi cela est-il le signe ?

Le Saviez-vous ? A l’étranger : l’économie populaire sociale et solidaire

Le mode d’entreprendre qu’est l’économie sociale et solidaire peut avoir des sources diverses : dans de nombreux pays étrangers, l’économie populaire regroupe les personnes exclues du marché du travail qui créent leur propre activité de façon informelle. Regroupées en structures associatives ou coopératives, elles créent ensemble une économie issue initialement de la débrouille et qui porte des solutions concrètes aux besoins de territoires souvent pauvres et délaissés. Coopération, sortie de la précarité, activités environnementales et sociales se conjuguent dans l’économie populaire sociale et solidaire.

Portrait du Focus : Banco Palmas, banque communautaire brésilienne pour l’inclusion financière et le développement durable des communautés

La banque communautaire Banco Palmas a été créée en 1998 par les habitants d’une favela au nord-est brésilien. De quoi s’agit-il ? Les banques communautaires permettent aux populations marginalisées d’accéder à des services bancaires, comme le microcrédit à la production ou à la consommation. Ainsi les projets de personnes exclues des circuits bancaires classiques peuvent être soutenus financièrement, et les initiatives qui répondent à un besoin identifié dans le quartier peuvent se développer. Ces banques ont la particularité d’être gérées de façon « communautaire », c’est-à-dire directement par les personnes concernées. Elles mettent également en place des monnaies sociales, qui permettent de développer l’économie locale en maintenant la richesse créée là où elle a été produite.

Portrait du Focus : Eloisa Cartonera, maison d’édition coopérative qui améliore l’emploi des recycleurs de fortune

Au début des années 2000, la crise économique frappe de plein fouet l’Argentine. De nombreuses personnes perdent leur emploi et sont contraintes à des activités informelles : les cartoneros] parcourent les rues et collectent les matières recyclables, à commencer par le carton, pour les revendre. La maison d’édition naît avec l’idée de rémunérer de manière plus juste les cartoneros, de réemployer le carton pour en faire des objets de culture et d’ouvrir à tous la porte de son atelier. Pari réussi et source d’inspiration à l’étranger : il existe aujourd’hui 55 maisons d’édition dans 19 pays.

Initiatives

<<Prev Next>>

Nous suivre