Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Nos thèmes de travail > Culture & ESS

Culture & ESS

 

Alors que le monde culturel est en pleine transition, le Labo de l’ESS s’est saisi des problématiques de liens entre culture et économie sociale et solidaire : l’ESS pourrait être une voie de cette transition. Deux rencontres ProspectivESS ont eu lieu sur ces enjeux en 2017, suivies de la publication du rapport Rapprocher culture et ESS rédigé par Bernard Latarjet et de la rencontre « Culture et ESS : la 3e voie ? » à Avignon en 2018. A la rentrée 2018 est lancé le Collège d’experts Culture et ESS au sein du Labo de l’ESS, piloté par Bernard Latarjet.

ProspectivESS : culture et ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement

Les rencontres annuelles ProspectivESS du Labo de l’ESS permettent de dégager des axes de réflexions et de propositions à partir de la rencontre d’acteurs de terrains et d’experts : en 2017, ces rencontres ont porté sur le rapprochement entre culture et ESS. Ces deux mondes ont en effet beaucoup de valeurs communes : nourrir la démocratie et concourir à l’émancipation des citoyens, produire du commun, concilier développement économique et intérêt général, porter attention aux nouveaux enjeux de société, soutenir l’innovation et la création, ouvrir les entreprises, les lieux de production à la participation, ancrer l’action dans les territoires. Par ailleurs, les entreprises culturelles occupent une place importante dans le champ de l’ESS : de 15 à 17% de ses établissements. Mais, paradoxalement, il y a peu d’interconnaissance entre culture et ESS, les acteurs culturels se reconnaissant rarement également comme des acteurs sociaux et solidaires, et les acteurs de l’ESS ne prenant que peu en compte les enjeux spécifiques de la culture, par exemple dans l’élaboration et la production des projets.

Le premier temps de la ProspectivESS du Labo de l’ESS, sous la forme d’un séminaire de travail, a exploré d’une part les transitions de l’économie culturelle et ses liens avec l’inscription des projets dans les territoires et, d’autre part, la question des modèles et statuts sociaux et solidaires dans le milieu culturel. Elle a conclu à un très fort besoin de partage entre culture et ESS, pour réduire leur méconnaissance mutuelle Mutuelle Définition  ; mais aussi à la place centrale de la culture pour lutter contre la crise démocratique ; les enjeux de coopération et de partenariats, au fondement même de l’ESS, doivent être explorés pour une meilleure application dans le champ culturel ; enfin, la question de la mesure d’impact social des actions culturelles est apparue comme essentielle, avec l’idée d’évaluer de façon intelligente et qualitative les activités des acteurs culturels de l’ESS.

La rencontre publique ProspectivESS s’est intéressée en premier lieu à la coopération comme axe de développement du secteur culturel, à travers l’exemple de deux pôles territoriaux de coopération économique (PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. ) culturels, d’une coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’activité et d’emploi (CAE CAE Coopérative d’activités et d’emploi ) culturelle et d’un programme de structuration territoriale des acteurs de l’ESS et de la culture. La seconde thématique abordée dans le cadre de cette rencontre est celle des nouveaux modèles socio-économiques des entreprises culturelles : CAE, association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". de proximité, société coopérative d’intérêt collectif (SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif )… « Le secteur culturel utilise assez peu les statuts de l’ESS. Il est étonnant que les centres dramatiques soient en SARL et que les créatifs dans les tiers-lieux ou espaces coopératifs soient autoentrepreneurs et utilisent le statut le plus libéral qui soit », témoigne ainsi l’un des intervenants de la table ronde, Stéphane Bossuet.

Deux dossiers Focus viennent également alimenter la réflexion autour de ces deux rencontres ProspectivESS : « Culture et ESS – les droits culturels » qui explore les enjeux de la démocratie culturelle et « Culture et ESS – coopérer dans la culture » qui présente les enjeux de la coopération territoriale des acteurs culturels.

Rapprocher culture et ESS

Début 2018 paraît l’étude Rapprocher culture et économie sociale et solidaire, issue d’une recherche réalisée pendant un an par Bernard Latarjet, conseiller culturel et pilote de la thématique « Culture et ESS » au Labo de l’ESS, et grâce au soutien de la Fondation Crédit Coopératif. Ce rapprochement est d’autant plus souhaitable qu’il peut apporter des réponses concrètes aux enjeux culturels actuels : « L’ESS n’est pas le remède miracle, le substitut, encore moins l’alibi à la réduction des efforts publics. Au contraire, entre le « tout public » et le « tout marchand », elle offre une troisième voie qui garantit la primauté des valeurs d’intérêt général, de démocratie, de non lucrativité dans une nouvelle logique entrepreneuriale », explique le rapport.
« J’ai été frappé par la qualité des expériences, des réalisations, des réussites humaines et professionnelles des acteurs. Mais j’ai également été frappé par leur caractère marginal quantitativement », explique l’auteur lors de la rencontre publique ProspectivESS du Labo de l’ESS. S’appuyant sur l’expérience de ces acteurs et sur l’analyse de la période de transition du secteur culturel, le rapport porte des propositions sur les trois voies essentielles pour progresser dans le rapprochement entre culture et ESS :

  • La coopération entre les acteurs culturels, qui doit être encouragée par les pouvoirs publics contre la logique de segmentation par discipline et fonction,
  • Le renforcement des capacités entrepreneuriales des acteurs culturels à travers la formation, l’accompagnement et la diversification de leurs activités, sans que cela ne compromette ni l’exigence artistique ni l’utilité culturelle et sociale de leurs projets,
  • L’amélioration de la (re)connaissance de l’ESS au sein du secteur culturel, grâce à l’information, le recueil et la diffusion d’expériences et d’outils, notamment au niveau régional.

En juillet 2018, la Fondation Crédit Coopératif, le Labo de l’ESS et le Festival d’Avignon ont organisé la rencontre « Culture et ESS : la 3e voie ? » pour discuter les premières conclusions issues du rapport et approfondir à partir des témoignages et analyses des acteurs de terrain deux enjeux : celui de la coopération entre acteurs et celui de la formation à l’entreprenariat culturel. La rencontre a été conclue par Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’ESS et l’innovation sociale, et Laurence Tison-Vuillaume, directrice du cabinet de la Ministre de la Culture, illustrant le rapprochement entre culture et ESS.

Lire le compte-rendu de la rencontre d’Avignon

Création d’un Collège Culture et ESS

A l’automne 2018, le Labo de l’ESS poursuit le travail amorcé à travers le lancement d’un Collège d’experts : grâce à l’expérience de ses membres, entrepreneurs culturels, il compte élaborer une stratégie de développement de l’ESS dans le monde de la culture et approfondir les mesures issues du rapport, nécessaires à la mise en œuvre de cette stratégie. Le Collège d’experts s’appuie sur les expériences et enseignements des acteurs de terrain, selon la méthode ascendante (ou « bottom-up ») du Labo de l’ESS.

Nous suivre