Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > 3 étapes pour transformer une structure de l’ESS en organisation (...)

3 étapes pour transformer une structure de l’ESS en organisation apprenante

Impression ForumPublié le 18 février 2015 

L’organisation apprenante c’est tout le challenge de l’intelligence collective dans les entreprises. Parce qu’une « organisation apprenante » gagne en lien social et en efficacité, cette forme de structuration est particulièrement adaptée aux structures d’économie sociale et solidaire. Elles peuvent y trouver un moyen de mieux vivre leurs valeurs à l’intérieur de l’organisation. Quelques étapes à ne pas manquer pour « devenir » une organisation apprenante.

1/ « Connais-toi toi-même »

Disons-le d’entrée : il ne suffit pas de mettre en place des outils collaboratifs Outils collaboratifs Définition tels qu’un intranet, une Dropbox ou des Google docs pour convertir sa structure en organisation apprenante. Il s’agit avant tout d’une réflexion profonde sur la vocation de l’organisation, son histoire, ses objectifs et sa structuration. C’est également une réflexion sur le management et les synergies possibles entre les services.

Il ne s’agit pas non plus de remettre en question la stratégie de l’organisation mais de la comprendre, pour mettre en place les modes de fonctionnements adaptés, sur-mesure qui rendront l’organisation plus intelligente et efficace. C’est également connaître ses atouts, ses limites et ses faiblesses.

Il y a par ailleurs toujours une bonne raison de résister à l’intelligence collective dans une organisation : « nous n’avons pas le temps », « c’est utopique », conservatisme, pessimisme… Mais à l’avenir, dans un monde de plus en plus complexe, mouvant en grande transition, cela constituera certainement une question de survie pour l’entreprise.

Avant d’entreprendre toute action ou modification dans le fonctionnement de l’organisation, réaliser un diagnostic est donc nécessaire.

2/ Partager et libérer l’information à forte valeur ajoutée

Travailler en intelligence collective c’est adopter une posture et une logique « anti-silo », comprendre les flux d’échange et identifier les informations à forte valeur ajoutée qu’il faudrait absolument partager et celles qu’il est préférable de ne pas partager. C’est donc faire sauter des verrous, libérer des points de blocages et organiser l’échange.

Si réussir à identifier l’information « à forte valeur ajoutée » est un enjeu capital. Trouver les raisons qui conduisent à la rétention d’information en est un fort également. Cela peut nécessiter une profonde remise en question qui peut être complexe. L’aide d’un intervenant extérieur capable de porter un regard neuf et objectif, d’accompagner l’organisation dans sa transition et de construire de nouvelles solutions avec les acteurs de l’organisation sera précieuse.

L’intelligence collective étant « une matière » très malléable, les réponses apportées peuvent être très différentes d’une organisation à l’autre. Comme la mise en place de réunions régulières et inter-services trop souvent délaissées, prévoir une redistribution des rôles (identifier les personnes qui organisent l’échange de l’information), un changement de process (définir les chemins de partage de la connaissance), une remise en cause de la « culture d’entreprise » (« secouer » et encourager les personnes qui ne partagent pas l’information).

3/ Tout sauf une « usine à gaz » financière ou organisationnelle

Pour Nathalie Dupuis-Hepner, consultante spécialisée dans l’accompagnement des structures de l’économie sociale et solidaire (voir sa tribune pour le Labo sur l’intelligence collective), il n’est pas nécessaire de déployer de lourds processus organisationnels et de disposer de moyens financiers importants pour rendre son organisation plus intelligente et apprenante.

Dans un contexte de raréfaction des ressources, où il devient nécessaire de repenser nos usages, nos finalités et de recréer du lien social, il s’agit d’agir avec discernement de faire du sur-mesure en fonction d’un diagnostic. Comme l’acupuncture peut libérer des points de blocages et l’énergie, l’accompagnement peut être très fructueux.

Les bénéfices permis par l’organisation apprenante sont nombreux. Apprendre des autres, de ses erreurs et comprendre les leviers du succès ; économiser des ressources, recréer de la cohésion et du lien social à l’intérieur de l’organisation pour renforcer son impact à l’extérieur.

L’intelligence collective doit être intrinsèque à l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
pour plus d’efficacité, de cohérence, d’impact social. Les Pôles territoriaux de Coopération Economiques (PTCE) et les Circuits Courts Economiques Solidaires (CCES) en sont un très bon exemple.

Commentaires

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.