Think Tank destiné à faire (re)connaître une économie
plus respectueuse de l’Homme et de son environnement
à travers échanges, réflexions et actions

Accueil > Focus > Des initiatives exemplaires > La réserve des arts : valorisation des rebuts en créations

La réserve des arts : valorisation des rebuts en créations

ForumPublié le 18 juillet 2013 

La Réserve des arts récupère les déchets des entreprises et les transforme en matériaux artistiques. En créant ce lien entre l’industrie et les métiers de la création, cette association Association Définition contribue et sensibilise à la réduction du gaspillage.

La Réserve des arts est un espace de stockage, de tri et de pédagogie. Créée par Jeanne Granger et Sylvie Bétier, elle est née du constat que le réemploi d’objets par l’art est une des solutions possibles aux gâchis de l’industrie (luxe, bâtiment, communication, etc.). La plateforme collecte du matériel, considéré par les entreprises comme étant du déchet – et donc destiné à être jeté -, puis elle les distribue à des professionnels de la création : designers, artistes, costumières, associations de quartiers, arts thérapeutes, professeurs en école d’art, étudiants en mode, en architecture, etc. Plus de 35 métiers sont concernés. "Un tiers des adhérents sont étudiants, ce qui est bien car ils prennent de bon réflexes dès le départ", explique Sandrine Andreini, directrice de La Réserve des arts.

Tout ce qui est récupéré est pesé, mesuré et photographié lorsqu’il s’agit d’une pièce insolite, puis mis en ligne.

Faire du durable avec des "boutiques éphémères" ?

Depuis sa création en 2008, La Réserve des arts mène son activité dans des lieux provisoires. Après avoir occupé plusieurs "boutiques éphémères", elle vient d’acquérir un local, comprenant un espace de présentation, dans le 14ème arrondissement, de Paris. Cet ancrage offre un lieu de rencontre aux différents créatifs et adeptes du recyclage.

L’achat de matériel se fait sous réserve d’une adhésion à la structure, l’un des trois piliers de ressources de la Réserve, avec la boutique et les prestations de service. Les entreprises qui adhèrent reçoivent un bilan annuel des collectes effectuées qui leur permet de remplir leurs objectifs de responsabilité sociétale et environnementale (RSE RSE Responsabilité sociale des entreprises ). Les 900 adhérents de l’association Association Définition bénéficient d’un espace d’échange et de pédagogie, le tout avec une approche participative.

Gérald, par exemple, est membre de la SCOP SCOP Société coopérative et participative CLARA. Il a entendu parler de La Réserve des arts alors qu’il démarrait son activité. "L’idée de recycler m’intéresse, puisque je travaille sur du détournement, pour créer du design, du redesign. J’ai commencé à venir les aider, pour déménager, bouger des choses et depuis peu je suis devenu « valoriste » avec eux." Gérald travaille en ce moment autour de la revalorisation de cuir sur du luminaire.

La Réserve des arts prévoit des interventions d’artistes dans la rue piétonne et l’animation d’ateliers de réemploi destinée à tous les publics. Elle est située en face de Rejoué, association d’insertion [1] avec laquelle ils sont partenaires sur la récupération des jeux cassés ou présentant des défauts de fabrication.

La plateforme commune est organisée en 10 catégories de matières : mercerie, outillages, quincaillerie, beaux-arts, construction, décoration, supports d’éclairage, peinture murale et rouleaux de tissus (fins de rouleaux, couleurs qui ne correspondent plus…).

Les adhérents disposent d’un matériel quasiment neuf, prêt à être retravaillé et qui ne terminera pas à la poubelle. Parmi les objets à chiner : des bouchons, du caoutchouc effrité, des jouets cassés, parfois détournés en œuvre d’art contemporain.

Une boutique pas comme les autres

La Réserve des arts consacre autant de temps à la vente des objets, qu’au conseil et à la sensibilisation au recyclage. "On reste dans une logique de questionnement sur la consommation : on fait en sorte que nos clients prennent des objets qui les intéressent et dont ils vont avoir l’usage" précise Sandrine.

Il y a une véritable démarche de prévention, qui passe également par une collecte sélective en intervenant directement auprès de ceux qui produisent les déchets.
"Créer à partir de matières premières secondaires ne veut pas dire créer de moins bonne qualité. Le déchet ça veut juste dire c’est quelque chose qui n’a plus de valeur pour une personne ; à la Réserve des arts, on lui redonne de la valeur… on ajoute même la valeur artistique ! Le rôle de la Réserve des arts n’est pas de valider un art par rapport à un autre", précise Sandrine. "Ce que nous mettons en avant, c’est un regard propre."

En plus de cette caverne d’Ali Baba, la Réserve des arts compte agencer un lieu de ressources où s’assoir et discuter, prendre le thé, tisser des liens, créer des projets communs.
Depuis la création de l’association, 24 tonnes de déchets ont été collectées, 10 tonnes ont été revendues en boutique. Aujourd’hui l’essentiel de l’action est tourné vers le réemploi et la communication pour faire connaître l’initiative au plus grand nombre. Venez faire un tour dans cette boutique … vous en deviendrez les ambassadeurs !

Pour en savoir plus :


[1Rejoué est porteuse d’un chantier d’insertion ; cette association est composée de personnes impliquées professionnellement dans l’insertion, la protection de l’environnement et l’enfance.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Découvrez comment la #loiESS provoque un choc coopératif

Agenda

Agenda

Nous suivre