Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > Présentation > L’histoire du Labo de l’ESS > Pour une autre économie > Mettre en place de nouveaux indicateurs de richesse > Associer les citoyens et la société civile aux choix des indicateurs

Associer les citoyens et la société civile aux choix des indicateurs

Impression ForumPublié le 28 novembre 2011 

Si le débat sur les indicateurs de richesse Indicateurs de richesse Définition est souvent animé, c’est que derrière les considérations comptables et techniques, ce sont nos représentations de la richesse et plus généralement nos conceptions de bien-être qui sont en jeu.


La sélection des domaines que l’on souhaite mesurer (le bien-être, la qualité de vie, le capital naturel, la santé sociale, etc.) autant que le nombre et la hiérarchie des critères à retenir renvoient à des choix de nature sociétale qui ne sauraient être laissés aux seul débat entre économistes et comptables nationaux.

Reconsidérer la richesse offre ainsi une formidable opportunité d’exercice de démocratie économique si chère à l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
. Faire de la réflexion sur les indicateurs un outil de débat public sur notre modèle de développement suppose d’y associer largement les citoyens et organisations de la société civile. C’est la démarche initiée par le Forum pour d’autres indicateurs de richesse Indicateurs de richesse Définition (FAIR) dans le suivi d’une Commission Stiglitz dont les méthodes sont jugées insuffisamment ouvertes à la consultation de la société civile (Gadrey, 2009). L’appropriation des indicateurs par les citoyens est aussi une des principales recommandations de l’avis du CESE. Il est d’ailleurs intéressant de noter que certains indicateurs comme l’empreinte écologique ou le BIP 40 sont issus de la collaboration entre chercheurs, syndicats et ONG.

Cet exercice de démocratie économique peut prendre la forme de conférence citoyenne où les experts viendraient exposer leurs connaissances et leurs propositions auprès de citoyens tirés au sort (Meda, 2009). Ces derniers arbitreraient, sur la base d’une opinion éclairée par l’expertise, entre les différentes dimensions du progrès social et les valeurs sous-tendant leur pondération (Meda, 2009). Il peut aussi s’inspirer des expériences et bonnes pratiques d’indicateurs territorialisés de richesse dont plusieurs sont en cours d’expérimentation.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre