Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Bilan de l’année internationale des coopératives : les banques coopératives (...)

Bilan de l’année internationale des coopératives : les banques coopératives ... ne sont plus seules !

Impression ForumPublié le 18 décembre 2012 

Claude Alphandéry, Président du Labo de l'ESS, interviewé par {Reporters d'espoirs} pour le site de la Fédération nationale des Banques populaires, dresse un bilan de l'année des coopératives.

Source : Fédération des banques populaires, dossier sur l’année des coopératives


A 90 ans, Claude Alphandéry est un économiste optimiste. Président du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
et Président d’honneur de France active, il revient, à l’occasion de la clôture de l’année internationale des coopératives, sur les spécificités de ce modèle économique qui n’a cessé de se renforcer depuis sa naissance au XIXème siècle.


Quel intérêt voyez-vous à ce que 2012 ait été déclarée "Année internationale des coopératives" ?

Dans un monde où tout est axé sur les prouesses des industries de luxe sur fond de crise et de misère croissante, je pense qu’il est intéressant d’ouvrir un ministère de la parole coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. . A l’instar des grands forums mondiaux qui réunissent les décideurs de la planète, l’important n’est pas d’obtenir des choses formidables mais d’attirer l’attention sur l’intérêt à (re)placer l’humain avant le profit. On ne peut séparer les valeurs coopératives de l’ESS qui garantit une finalité sociale, une gouvernance Gouvernance Définition démocratique, une lucrativité limitée et enfin une économie de proximité, moins délocalisable.

Insuffler le sens coopératif dès l’école peut être le remède à la défiance sociale ?

Entrer dans un modèle économique qui ne réduit pas tout à l’intérêt matériel et choisit de préserver l’humain, implique un changement complet de comportement qu’il vaut mieux initier au plus tôt. Lorsqu’à l’école on apprend qu’il faut être meilleur que l’autre, on entre forcément dans la vie active avec le sentiment qu’on est des adversaires et que seule la compétitivité peut nous sauver !

En quoi les actions coopératives peuvent-elles contribuer à instaurer un climat de confiance durable dans la société ?

Le modèle coopératif "une personne = une voix" protège des dérives compétitives et oriente le contrat social vers la pacification des rapports salariés/usagers/fournisseurs. C’est un défi externe et interne : le capitalisme doit changer de regard face aux initiatives coopératives afin d’en saisir l’intérêt tandis que l’ESS doit, au sein des coopératives, faire preuve d’inventivité sociale pour jouer un grand rôle. Quand je constate que 85% des projets financés par France Active ont "survécu" et qu’il y a même de l’embauche, je suis optimiste. Les banques coopératives se développent et ne sont plus seules !

Propos recueillis par Nouara Benaï (Reporters d’espoirs)

Lire l’article sur le site des banques populaires

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre