Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Carte blanche à Claude Alphandéry

Carte blanche à Claude Alphandéry

Impression ForumPublié le 4 décembre 2012 

Dans son édition du 4 décembre 2012, le Républicain Lorrain publie une interview retranscrite du Président du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
.

Source : Le Républicain Lorrain, 4 décembre 2012

Carte blanche à

Claude Alphandéry

Président d’honneur de Conseil national de l’insertion, il préside aussi le Labo de l’économie sociale et solidaire dont il fait l’éloge.

L’économie sociale et solidaire (ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
) recouvre toute une série de structures sous formes associatives, d’entreprises commerciales, de mutuelles, de coopératives…

Elles ont, en commun, de viser la coopération et l’utilité sociale. La coopération plutôt que la compétition. Il y a, parfois, plus de valeur ajoutée à se mettre ensemble qu’à se faire concurrence. L’utilité sociale, c’est notamment, recruter des gens rejetés du marché du travail parce que jugés improductifs. C’est tout le secteur de l’insertion par l’activité économique. C’est aussi toute une série de services ignorés du marché parce qu’insuffisamment rentables (services à la personne…). Cela englobe aussi des services de protection de l’environnement, de l’agriculture biologique…

Par définition, ces entreprises sont indépendantes du capital financier. Donc de ceux qui recherchent les profits les plus élevés. Elles ne peuvent donc être cotées en bourse. Leur gouvernance Gouvernance Définition démocratique, parce que tenant compte de toutes les parties prenantes (salariés, des usagers, fournisseurs…), en font également des entreprises un peu spécifiques dans une économie dominée par le marché, la recherche du profit. Mais, en même temps, elles sont sur le marché. Même si certaines vivent beaucoup du bénévolat et de l’épargne solidaire. Ce n’est pas de l’assistance mais de véritables entreprises.

Pour preuve, si l’on prend l’ensemble des mutuelles, des coopératives et des entreprises qui ont ce type-là, cela représente environ 11 % de l’emploi en France. Certes, en ces périodes de crise, il faut de la compétitivité, donner un élan aux entreprises. Pour autant, cette compétitivité ne créera pas beaucoup d’emplois.

Dans un pays de 5 millions de chômeurs, il faut trouver de l’emploi ailleurs. Et ça, on les trouvera beaucoup dans l’ESS.

Lire l’article sur le site

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre