Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Circuits courts : une tribune de Richard Hasselmann publiée sur le site Le (...)

Circuits courts : une tribune de Richard Hasselmann publiée sur le site Le Cercle - Les Echos

Impression ForumPublié le 18 février 2013 

Nous œuvrons au sein du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
animé par Claude Alphandéry pour faire admettre une réalité. L’Économie sociale et solidaire (ESS), ce tiers secteur encore trop méconnu, est probablement le chaînon économique manquant dans un monde qui n’est pas en crise, mais en métamorphose !

Source : Le Cercle - Les Echos, 17 février 2013

À l’issue d’une collecte nationale de bonnes pratiques en forme de cahiers, les Etats généraux organisés en juin 2011, au... Palais Brogniart, tout un symbole, ont été un formidable moment d’échanges et de synthèses. La démarche se poursuit et l’actualité la rend encore plus urgente et pertinente.

La pitoyable affaire de la fraude à la viande de bœuf, vient effectivement nous conforter dans la conviction qu’il est urgent de donner a notre pays un nouveau modèle économique, régi par des règles simples et intangibles, accessibles et qui s’imposent a tous.

Il ne s’agit pas de rêver de grand soir, de décroissance ou de collectivisme, mais de croire en une lucrativité raisonnable de toute activité, dans une identification sans faille des acteurs de toute filière, et dans une traçabilité fiable, à dire de tiers de confiance des produits utilisés.

Cette exigence de bon sens trouve une réponse simple si l’on sait repérer, aider et privilégier les Circuits courts Circuits Courts Définition du concept de circuits courts . Des Circuits qui éviteraient que l’on récupère du cheval roumain voyageur, aux ordres d’un intermédiaire maltais, pour un conditionnement facilité par des Néerlandais

En terme de circuits courts, il en est un que nous connaissons bien et qui va mériter dans les mois qui viennent l’attention du plus grand nombre : les AMAP AMAP Association pour le maintien d’une agriculture paysanne (Association Association Définition pour le maintien d’une agriculture paysanne). Nous voulons parler des vraies AMAP, celles où des citoyens, en collaboration avec une collectivité locale, confortent un agriculteur ou permettent une installation, et dépassent le simple cadre du panier hebdomadaire pour enrichir la démarche, d’actions pédagogiques vers les plus jeunes, ou d’actions de solidarités vers les plus démunis. Des Associations qui réfléchissent sur la circularisation et l’économie de la fonctionnalité et de la proximité tout en participant ont l’aménagement du territoire.

Pionniers de ces démarches de proximité, pour en avoir perçu les mérites, en Cévennes dans les années 70, nous avons la chance de bien connaître les créateurs de la première AMAP de France, Les Olivades (83), portée par le couple Vuillon gardiens de l’orthodoxie et en perpétuelle recherche d’amélioration du concept.

Le circuit court qui trouve dans les AMAPS une parfaite traduction, doit répondre à des critères simples de nature à éradiquer la suspicion, véritable cancer de la confiance. Il s’agit en particulier de mettre en exergue la relation directe et transparente entre les acteurs économiques, dans quelques domaines que ce soit.

L’affaire du cheval roumain nous renvoie à La Fontaine et sa superbe fable "L’œil du maitre" ou il est question d’un cerf qui se cachait dans une étable à bœufs, abusant valets et commis, mais pas le principal intéressé.

Comme en démocratie, en matière de consommation et de santé publique, le "maitre", c’est le citoyen électeur qui doit désormais éradiquer sans faiblesse les intermédiaires trop nombreux qui n’apportent aucune valeur ajoutée, renchérissent les coûts et brouillent les pistes des éventuelles responsabilités.

Le lecteur comprendra que tout est dans tout et réciproquement, car cela nous ramène, au cumul des mandats, à l’irresponsabilité politique et à l’impérieuse nécessité qu’il y a à mettre en place des tiers de confiance fiables, à débusquer les conflits d’intérêts et à protéger de manière forte les lanceurs d’alertes.

Un dernier mot, à bien y réfléchir, n’est-ce pas aussi dans le commerce qu’il y a des... mandataires ou traders ?

Richard Hasselmann

Voir l’article sur le site "Le Cercle - Les Echos"

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre