Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > Citiz France : la coopération pour développer l’autopartage

Citiz France : la coopération pour développer l’autopartage

Impression ForumPublié le 27 mai 2015 

Citiz est un réseau d’autopartage coopératif qui participe de la transition énergétique et démontre la pertinence de la coopération pour mener des activités socialement innovantes.

Le réseau Citiz, anciennement « France Autopartage », est une coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. pionnière dans le domaine de l’autopartage. Une notion qui se démocratise grâce au travail du réseau et l’apparition d’initiatives comme Autolib’ (à Paris) ou encore Blablacar. Cependant, à la différence des services de covoiturage, l’autopartage ne mise pas sur la mise en commun de biens privés : les véhicules appartiennent aux sociétaires de la coopérative qui les utilisent localement.

L’ancrage local de l’autopartage permet de concevoir des politiques locales favorables à la dépollution, à une réappropriation de l’espace public par la désacralisation de la voiture (moins de voitures en stationnement pour davantage d’espace public, plus de 90 000m² ont pu être libérés grâce à Citiz), au retour à l’emploi par la mobilité, à la diversification de l’offre de transport proposée, etc. C’est une solution particulièrement adaptée aux territoires semi-urbains où la voiture est indispensable.

A l’origine du réseau Citiz, on trouve une ambition très pragmatique. Des citoyens et habitants locaux, particuliers ou professionnels se retrouvent sur la nécessité de disposer d’une voiture occasionnellement avec des modalités pratiques et économiques (un architecte a besoin de se déplacer une ou deux fois par semaine pour visiter un chantier, un parent célibataire qui n’aurait pas les moyens d’acheter ou de louer une voiture, …). A plusieurs, ils mutualisent l’achat et l’usage de voitures : l’autopartage est donc né de la nécessité d’accéder à la mobilité.

Coopérer pour être plus fort et se développer

Au début des années 2000, les associations d’autopartage existantes ont éprouvé le besoin de se regrouper pour pouvoir se développer, mutualiser des moyens et se professionnaliser. Le modèle économique de l’autopartage est complexe, plus particulièrement dans les premières années en raison de l’investissement nécessaire. Dans ces conditions, le statut associatif s’est rapidement révélé inadapté car il n’inspirait pas suffisamment confiance aux partenaires financiers, indispensables au changement d’échelle.

Le statut coopératif Scic SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif est alors rapidement apparu très pertinent pour les structures du réseau. Il permet notamment d’associer les collectivités locales au projet et à la gouvernance Gouvernance Définition de l’entreprise. Les porteurs de projet ont ainsi pu s’assurer d’un soutien pérenne de leur collectivité. A l’inverse certaines collectivités ont cherché à développer des initiatives d’autopartage et ont rejoint le réseau par la création d’une Scic. Réunis dans la coopérative Citiz France, dont le siège est à Strasbourg, les acteurs forment désormais un groupe solide capable de se développer, de mutualiser des moyens techniques (serveurs, système de distribution des clefs, etc.) et des fonctions supports.

L’ancrage territorial des coopératives permet par ailleurs de répondre efficacement aux besoins sociaux et créer du lien social. Aussi, la mutualisation au niveau national permet une meilleure résilience de l’entreprise.

Aujourd’hui 15 structures composent le réseau Citiz pour 18 000 utilisateurs, 800 voitures et 80 villes françaises. L’impact économique, environnemental et social de cette initiative est donc important. Avec un total estimé de estimation de plus de 7 200 voitures épargnées aux centres villes, Citiz participe également de la lutte contre le réchauffement climatique et de la transition énergétique.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.