Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > Claude Alphandéry répond à un édito de Colas Amblard sur la synthèse (...)

Claude Alphandéry répond à un édito de Colas Amblard sur la synthèse d’interviews d’un ensemble d’économistes

Impression ForumPublié le 26 février 2013 

Le Labo de l’ESS a organisé un séminaire de travail interne le 28 janvier 2013 avec des économistes. Pour préparer ce séminaire, une synthèse d'entretiens avec des économistes a été réalisée par Philippe Frémeaux. Colas Amblard, Directeur des publications d'ISBL consultants, a publié en ligne un édito relatif à cette synthèse.

Dans la dernière newsletter d’ISBL consultants, datée de jeudi 21 février 2013, Colas Amblard a mis en avant l’édito suivant : Economie sociale et solidaire (ESS) : à quoi joue Philippe Frémeaux ? (cliquez sur le lien pour le lire)

Claude Alphandéry, Président du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, apporte la réponse suivante à cet édito :


Chers amis,

Un édito de Colas Amblard sur le site ISBL consultant et relayé par les réseaux sociaux Twitter porte sur la synthèse publiée par le Labo de l’ESS d’interviews d’un ensemble d’économistes et réalisée par Philippe Frémeaux. Elle ouvre un débat qui appelle de ma part plusieurs observations.

Le Labo de l’ESS, qui a pour volonté de montrer la place de l’ESS dans l’économie, sa capacité de valoriser des alternatives à un système en cours d’épuisement, s’est demandé naturellement pourquoi une majorité d’économistes - y compris ceux qui sont critiques voire radicalement hostiles à ce système - méconnaissent ce rôle de l’ESS, témoignent de réserve ou d’indifférence à son égard. Le Labo de l’ESS s’inquiète de ce que cette attitude venant de personnalités ayant une grande influence dans l’université, la politique, les médias et sur la formation de l’opinion soit un frein important aux progrès d’une économie respectueuse de l’Homme et de son environnement .Il cherche à briser le mur de l’indifférence.

Contestant l’opportunité de cet échange, Colas Amblard critique aussi le fait de l’avoir confié à Philippe Frémeaux à qui il parait reprocher ses relations avec le groupe SOS, "l’un des principaux promoteurs de l’entrepreneuriat social". Il parait ainsi rejeter une forme de structure reconnue par tous, et expressément par les autorités de l’Etat et les représentants de l’économie sociale, comme relevant de l’ESS, dès lors qu’elle se réclame de façon explicite d’exigences éthiques, sociales, environnementales.

La position de Philippe Frémeaux, directeur puis éditorialiste d’Alternatives Economiques, Scop SCOP Société coopérative et participative , ouverte aux initiatives de l’ESS et qui s’adresse à un public très large, nous a paru la meilleure pour rompre le scepticisme et, sans avoir l’illusion d’une conviction immédiate, permettre, amorcer des discussions utiles. Par ailleurs l’ouvrage de Philippe Frémeaux sur l’ESS, incriminé (qui tout en étant sans complaisance marque un grand intérêt pour les valeurs de l’ESS, son aptitude à l’innovation, ses potentialités de transformation sociale) nous parait au contraire un atout pour ouvrir des débats féconds entre des gens qui ne sont pas initialement d’accord.

De fait, les 15 interviews ont montré en général, selon les termes d’André Orléan, "un appétit d’aller plus loin dans la réflexion sur l"ESS", leur synthèse puis le séminaire (qui fera l’objet d’un compte-rendu prochain et qui sera suivi dès cette année de nouvelles rencontres en province avec un public élargi) semblent avoir véritablement créé une brèche dans le mur de l’indifférence.

Sur le fond, on ne peut qu’être d’accord sur les valeurs de l’ESS, son éthique, sa finalité sociale son souci des générations futures, sa gouvernance Gouvernance Définition démocratique, son esprit de solidarité. Ces valeurs déterminent son périmètre, dès lors qu’elles sont explicites et évaluables. Et de ce point de vue, la lucrativité, qui doit être mesurée et limitée parait laissée de côté par l’auteur de l’édito. Elle est pourtant une composante fondamentale des valeurs de l’ESS, un rejet de la démesure qui caractérise l’économie dominée par le capitalisme financier. Cette observation qui porte tant sur l’échelle des salaires que sur l’affectation des profits conduit à l’exigence d’un nouveau modèle économique ; elle est au cœur des discussions menées avec l’aide précieuse de Philippe Frémeaux entre les économistes et le labo.

Avec toute mon amitié,

Claude Alphandéry

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre