Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > CODHA, la coopérative de l’habitat associatif en Suisse

CODHA, la coopérative de l’habitat associatif en Suisse

Impression ForumPublié le 12 décembre 2014 

Sans but lucratif, la CODHA est une coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. créée en 1994, membre de la Chambre de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
de Genève, qui rassemble des personnes souhaitant un autre type d’habitat, une autre qualité de vie, un autre rapport au logement, basé sur participation, la convivialité et la solidarité. Par la mise en commun de ressources financières et la participation active des habitants, la coopérative peut ainsi réaliser ses projets.

Le projet est né dans une période de forte spéculation immobilière à Genève, ville qui se caractérise par un marché de la location immobilière très important. 90% de ses habitants vivent en location et sont par conséquent très dépendants des fluctuations du marché.

La CODHA construit et gère des immeubles en respectant deux principes : la qualité sur le plan environnemental et la participation des habitants (locataires).
D’un point de vue environnemental, la coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. respecte deux labels suisse, Minergie - P (utilisation rationnelle de l’énergie grâce à l’isolation ou la ventilation à double flux) et Minergie – eco (construction saine et écologique grâce à l’utilisation des matériaux recyclables ou produits à partir de ressources renouvelables). Elle encourage également la mobilité « douce » et l’introduction dans ses immeubles de plantage au sol ou sur les toits des immeubles.

Sur le plan social, la CODHA réunit les futurs habitants de l’immeuble dès le début du projet et les invitent à constituer une association Association Définition d’habitants. Ils choisissent ensemble les modalités du projet puis l’association, une fois constituée, prend en charge la gestion du bâtiment, ce qui leur permet, entre autres, de définir un cadre de vie plus proche de leurs aspirations.
Par ailleurs, la CODHA tente de favoriser l’intergénérationnel et le brassage des revenus.

Partenariat avec les pouvoirs publics
La politique fédérale du logement est fondée sur la subsidiarité entre l’action des communes et des coopératives, pour créer des logements sans but lucratif et à loyers maîtrisés. Les communes acquièrent des terrains et les mettent ensuite à disposition des coopératives, contre le paiement d’une rente de superficie. De la sorte, l’investissement financier est réalisé par les coopératives et ne mobilise pas les ressources financières de la commune. L’investissement initial dans le foncier applique une rente du droit de superficie : ce type de montage assure la neutralité des coûts pour la commune, voire des gains à long terme.
La commune réalise alors ses objectifs précis en matière de logement par le biais de la coopérative. Elle peut ainsi orienter le type de construction souhaité, les catégories de logements, les niveaux de loyers, les destinataires des logements, les standards.
A titre d’exemples, Genève, Lausanne, Chêne-Bougeries, Nyon ou Meyrin sont des villes qui ont collaboré avec la CODHA.

En synthèse, la CODHA est un partenaire pour les communes qui souhaitent réaliser des logements ou des quartiers de qualité. Sans se substituer aux prérogatives municipales, elle met en œuvre les objectifs définis par la commune en assumant à la fois le pilotage et le financement des opérations. Ces partenariats publics-privés sont recommandés par la Confédération Confédération Une confédération est un groupement de fédérations. et les Cantons et permettent des réalisations de grande qualité, sans engager de fonds publics.

Chiffres-clés

  • 1920 coopérateurs
  • 9 immeubles en propriété
  • 190 logements
  • 280 coopérateurs logés
  • 9 projets de construction en cours qui produiront 600 logements à terme
  • 47 millions d’actifs immobiliers
  • 2,9 millions d’état locatif annuel

Pour en savoir plus : www.codha.ch

Commentaires

  • Les coopératives en Suisse remplissent, avec les Fondations pour l’Habitat Bon Marché, le rôle des bailleurs sociaux en France avec la participation des résidents en plus.

    A Zürich le parc immobilier des coopératives représente 20% des logements et ils veulent atteindre 33%.

    Le modèle suisse n’est pas strictement transposable à la France surtout que Genève fait beaucoup d’efforts pour mettre des terrains à disposition des coops par le biais des droits de superficie (baux emphytéotiques pour nous) et à travers une palette de financements les coopératives n’apportent que 5% du prix final lors de la construction avec des prêts très longs. En France nous n’y sommes pas encore loin de là.

    http://habicoop.fr
    http://www.habitatparticipatif.net/

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre