Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Culture : bouillon de cluster

Culture : bouillon de cluster

Impression ForumPublié le 4 novembre 2012 

Le 5 novembre 2012, Libération a consacré un dossier spécial à l’économie sociale et solidaire, mettant en avant l’un des pôles territoriaux de coopération Coopération Acteurs qui ont des intérêts similaires qu’ils planifient ensemble, où ils négocient leurs rôles mutuels et partagent des ressources pour atteindre un objectif commun tout en maintenant leur identité économique (PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. ) : Culture et coopération.

Source : Libération, supplément EcoFutur, 5 novembre 2012

L’économie sociale et solidaire défriche de nouveaux domaines d’activité

Culture : bouillon de cluster Cluster Grappes . Lieu géographique présentant une concentration au-dessus de la moyenne de sociétés industrielles et d’organismes de recherche et d’enseignement supérieur

En 2010, une quinzaine d’associations et d’entreprises coopératives stéphanoises dans la culture (portant des projets allant du cinéma aux percussions en passant par un café-lecture) ont décidé de développer une offre de services mutualisés. Elles ont créé un "cluster" au sein d’une association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". , Culture et Coopération. L’objectif : créer un modèle coopératif d’un genre nouveau. Chaque organisation dispose d’une voix, quels que soient sa taille ou son statut. "Nous cherchons cette troisième voie entre l’associatif et le privé, confie Colin Lemaître (photo), coordinateur de la structure. Nous ne voulons pas aller vers un groupe économique intégré, mais développer une culture du "savoir faire ensemble" en respectant les spécificités de chacun." L’association enregistre un chiffre d’affaires consolidé de 3 millions d’euros, emploie 50 salariés et 250 intermittents. "Comme tout le monde, nous cherchons à faire du profit, mais nos bénéfices sont redistribués aux salariés ou réinvestis. L’échelle des salaires est de 1 à 3,5", explique Colin Lemaître. Rarissime dans l’économie classique, banal dans l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. .

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre