Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > Débat interactif avec Christian Sautter

Débat interactif avec Christian Sautter

Impression ForumPublié le 26 juin 2014 

Du lundi 30 juin jusqu’au vendredi 4 juillet, Christian Sautter, Président de France Active, un réseau qui a accompagné et financé partout en France 5500 créations d’entreprises par des chômeurs et 1000 entreprises solidaires en développement, est à votre disposition pour des échanges d’expériences, des partages de savoir, de bonnes pratiques autour de la finance solidaire.

Vous voulez créer votre entreprise pour sortir personnellement du chômage - développer une entreprise sociale et solidaire pour aider des personnes en difficulté - vous avez de belles qualités de solidarité et de ténacité - vous avez une bonne idée et même un bon projet pour vendre des biens ou des services qui manquent dans votre environnement...

Mais vous ne disposez-siez pas des ressources suffisantes, vous n’avez-iez pas suffisamment d’argent pour démarrer...

Savez-vous qu’il existe :

  • des réseaux à votre disposition près de chez vous pour vous accompagner ? Avez-vous rencontré des dispositifs d’incubation, d’accompagnement, d’expertise, de formation sur votre parcours ? Si oui, lesquels, ont-ils répondu à vos attentes ?
  • l’épargne solidaire, toute prête à vous soutenir, croît de plus en plus vite et ne sait pas vous trouver ?
  • d’autres entrepreneurs ont surmonté les difficultés qui vous intimident et sont prêts à partager leur expérience avec vous ?

1. Réagissez (témoignages, critiques…) ci-dessous dans "commentaires"
2. Après modération de vos messages, consultez les réponses de Christian Sautter
3. Alimentez le débat

Lire aussi

Commentaires

  • Bonjour,
    Considérez-vous la prévention des risques professionnels et la santé au travail comme un champ ouvert à des initiatives en matière d’économie sociale et solidaire ?
    Quels enjeux éventuels pour ce secteur, selon votre analyse ?
    Merci de votre réponse.
    Bien cordialement.
    Viviane Hammen

    • Chère Madame Hammen,

      La prévention des risques professionnels et la santé au travail sont-elles des champs ouverts à l’économie sociale et solidaire ?
      Ce sont des domaines de responsabilité publique où l’Etat est en première ligne mais j’imagine que des associations pourraient développer et vendre une pédagogie de la prévention dans les entreprises.
      Par ailleurs, j’espère que les coopératives, associations à but non lucratif, s’efforcent d’être exemplaires en la matière, d’autant que les salariés ont, en principe, davantage de participations aux décisions que dans les entreprises classiques.

      Cordialement,

      Christian Sautter

  • Travaillant actuellement au sein du PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. Domb’innov (amorcé par l’association Association Définition Valhorizon) à Trévoux dans l’Ain, nous réfléchissons au développement de la finance solidaire sur le territoire du Val de Saône.

    Notre objectif : que la finance solidaire soit un outil de développement local !

    Nous sommes actuellement dans la phase de création d’un Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire Epargne solidaire Définition (CIGALES).
    Nous remarquons un très fort engouement des citoyens qui ont réellement envie de s’impliquer et de savoir à quoi sert leur épargne !

    Le pôle réfléchit également à la création d’un fonds de dotation.

    Nous recherchons dans cette démarche des partenaires, des bonnes idées.... pour que nos efforts ne soient pas vain !

    J’ai déjà entendu dire que France Active aurait réfléchi à un accord avec le mouvement CIGALES pour garantir les apports en capital des Cigaliers en cas d’échec des projets financés.
    Qu’en pensez vous ? Ce partenariat serait il envisageable et si oui où en est il ?

    Merci d’avance !

  • Bonjour Monsieur,

    Suite à mes rencontres avec Françoise BERNON, votre initiative tombe à pic pour moi.
    Après un parcours dans la finance durable et l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
    , je viens de clore un master en intelligence économique. Je souhaite mettre ces compétences de gestionnaire d’informations et d’intelligence sociétale au service de projets qui ont du sens, qui créent de l’impact. Personnellement, j’ai deux thématiques auxquelles j’aimerais bien apporter une réponse via éventuellement une création d’entreprise ou un partenariat :
    1. mettre fin "à la malbouffe" dans la société, notamment pour les personnes en situation précaire ;
    2. mettre fin au "gâchis de compétences" des moins de 4 ans.

    j’ai vécu ces 2 situations.

    Voilà, très brièvement, mon message ! peut-être pourrions-nous en parler prochainement !
    Bien à vous.
    Cordialement,
    Denis SABARDINE

    • Cher Monsieur Sabardine,

      Vous êtes au stade de la bonne idée qui est celle de lutter contre la mal bouffe et de mieux éduquer nos "bambins". Par la suite , il faudra passer de l’idée au projet, c’est-à-dire concevoir une entreprise qui vende des services, soit à des clients privés, soit à des collectivités publiques. A ce stade d’avancement, des réseaux comme la BGE ou France Active pourraient vous apporter leur soutien afin de préciser le financement et la viabilité du projet.
      Bon courage à vous.
      Christian Sautter

  • Bonjour,

    Un projet nommé ZONZON.

    ZONZON pour prison, bien sûr, et l’idée d’y développer une unité de fabrication de biscuits, bons et un peu différents des autres.

    www.zonzon.fr

    Une biscuiterie, une école de formation, dans une prison.

    Le site présente l’ensemble du projet qui est un duplicata à la française d’une réalisation anglaise menée par l’illustre Sir Gordon Ramsay : la Bad Boys Bakery (www.badboysbakery.org).

    Je travaille depuis quelques années sur la fabrication d’outils/supports de communication papier, associés à des gourmandises de tous genres ; à la main (en atelier local, handicap, carcéral, réinsertion).

    Offerts par exemple avec les cafés ; ils agrémentent sans grande méchanceté publicitaire ce moment ; avec gourmandise, et un peu de solidarité. La marque, l’annonceur finance l’ensemble du processus, et fait aisni "plaisir" au consommateur tout en lui transmettant un message. (www.evoo.fr)

    L’idée derrière ces deux projets ?
    Valoriser l’emploi manuel, celui d’accès ou de maintien "social" & la formation, ..., mais aussi prouver que d’univers difficiles, et avec un peu de rupture, d’empathie, et de bon sens ; on peut répondre et soutenir certaines activités essentielles, sans aucune dévalorisation.

    En chiffre ?
    2 millions de voocards fabriquées en 10 ans.
    3 brevets... européens, devenus français faute de moyens ; sur des principes de pliages / packaging sans colle et économes en papier.
    Et une envergure réduite, pourtant de l’innovation, de l’économie et de l’autofinancement (*), et l’envie d’apporter un peu de peps et de nouveautés dans tout cela.

    ZONZON se construit quotidiennement.
    C’est un chantier d’ampleur, mais réalisable sans immenses difficultés, c’est à mon avis une question de volontés. Sir G. Ramsay l’a prouvé.
    Cette version française disposerait de l’association Association Définition de nombreuses compétences, dont la mienne ; mais c’est avant tout un projet associatif et certainement transparent tel une "vitrine" "école".

    Voila. Il n’y a plus qu’à :)

    Je reste à votre disposition pour toutes informations.
    Tous coups de main, pouce, ou plus bienvenus ; merci.

    Bien cordialement.

    ZONZON team
    Cédric Peiffer

    • Cher Monsieur Peiffer,

      Vous souhaitez reproduire en France l’expérience anglaise d’une biscuiterie fonctionnant dans une prison. Avant d’en envisager le financement, il faudrait convaincre l’administration pénitentiaire de l’intérêt de votre projet.
      Je me demande s’il ne pourrait pas se réaliser également dans un quartier frappé par un chômage élevé des jeunes, pour lequel il vous serait sans doute plus facile de le mettre en oeuvre.

      Bon courage à vous,

      Christian Sautter

  • Bonjour M. Sautter,

    Je suis Amaury MARTIN, président et fondateur d’une petite association Association Définition étudiante (à l’EDHEC), depuis 3 nous proposons des mircro-crédits à taux 0% à des femmes au Togo. Nous avons ajourd’hui lancé 16 projets pour un montant de total de 3.334€, et nous nous apprêtons à lancer les 9 derniers dans les prochains jours. Ainsi nous aurons financé les 25 projets d’entrepreneuriat du groupement des femmes de Boko pour un montant de 4.462€... Enfin ! Nous sommes jeunes, et cette expérience nous a beaucoup enrichit, nous tenons à la prolonger.

    • Conscient de l’importance des réseaux, auriez-vous des structure vers lesquelles nous orienter ? (Nous somme basés à Roubaix, dans le Nord-Pas-Calais)

    Maintenant que notre but initial est quasiment atteint, l’association est à un tournant : nous avons actuellement un membre partit en stage sur place à Aného (je vais le rejoindre en Août) chargé de trouver un nouveau placement pour nos fonds, un placement qui respect nos valeurs de non-lucrativité, et de fort impact social, sans dépenser notre capital mais en l’investissant. Nous envisageons une diversification, vers l’agriculture notamment. Ou bien reproduire une action sensiblement similaire à celle conduite avec les femmes de Boko. Et si possible, les deux.

    • Concernant les financements, nous n’avons jamais reçu une seule subvention, je cherche aujourd’hui à me rapprocher des pouvoirs publics pour cela, auriez-vous des pistes à nous proposer ? Des conseils pour s’orienter dans la jungle des appels à projets ?

    Enfin, nous pensons de plus en plus sérieusement à développer notre association, avec l’idée d’en faire une structure d’Entrepreneuriat Social Entrepreneuriat social Définition et Solidaire, un Social Business... Implanté au Togo.

    • Connaissez-vous des structures d’accompagnement et financement pour ce genre de démarche ? Auriez-vous des pistes, des conseils svp ?

    Pour mieux nous connaitre, je vous invite à visiter notre site internet : http://togoassoc.wix.com/togo
    Et je pourrais vous fournir notre dossier de présentation sur simple demande.

    M. Sautter, conscient de votre parcours impressionnant, je ne doute que vous auriez beaucoup à apporter à notre association. J’espère que vous y accorderez le temps d’apporter des éléments de réponse aux questions ci-dessus, ce serait déjà une très belle contribution de votre part...

    Merci d’avance, je reste à votre disposition.

    Bien cordialement,

    Amaury MARTIN
    +33 6 63 13 80 75

  • J’ai plusieurs questions portant sur le fond de confiance et les critères France active. La demande est en cours, un premier avis est déjà donné au conseiller en région par comparaison de notre projet (Création d’une Scic SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif culturelle) à celui d’une autre Scic qui développe pour partie le même type d’activité. A la fois je comprends mais en même temps pas vraiment.
    Par ailleurs, j’aimerais bien avoir des infos sur les fonds d’amorçage notamment en vue de l’achat ou de la location de locaux professionnels.
    Merci

    • Cher Monsieur Brial,

      Je suis heureux que vous vous intéressiez au fonds de confiance de France Active qui permet à de futurs entrepreneurs sociaux d’être financés partiellement durant six mois pour affiner leurs projets, dans le cadre d’une entreprise solidaire plus expérimentée.
      France Active a ainsi aidé 60 futurs entrepreneurs sociaux en 2013 et nous espérons doubler ou tripler ce chiffre dans les années à venir.
      Les critères de choix tiennent à la personnalité du porteur de projet et à la valeur de ce projet car nous ne voulons pas envoyer des personnes de qualité dans des impasses.
      Sur les locaux professionnels, ils entrent dans le plan général de financement qui peut déclencher une panoplie d’apports financiers.

      Bon courage à vous,

      Christian Sautter

  • Le tourisme à vocation sociale à un redoutable challenge de rénovation à tenir, les collectivités locales souvent propriétaires réduisent leurs aides ( sauf le Conseil régional Centre), la Caisse des Dépots hésite, les banques aussi.
    Notre projet a été reconnu viable par une étude d’Atout France
    Quelle part France Active peut prendre à cet effort ? et quelles démarches à faire nationalement et/ou régionalement ?

    Grand merci à vous et au labo

    • Cher Monsieur Jahier,
      Vous souhaitez vous lancer dans le tourisme à vocation sociale où existe déjà de puissantes organisations.
      Vous ne précisez pas dans votre question quelle est la "niche" que vous souhaitez occuper, ni même le champ local ou national pour lequel vous agiriez.
      Je ne peux que vous encouragez à contacter le fonds territorial le plus proche de France Active.
      Cordialement,
      Christian Sautter

  • Bonjour
    je souhaite témoigner sur la transformation de Cap Savoir, organisme de formation - coeur de métier et mission : formation pour adultes en difficulté - lutte contre l’illettrisme - que j’ai créé en 1995 et qui a fonctionné pendant 17 ans sous statut associatif avant de se transformer en SCOP SCOP Société coopérative et participative le 3 septembre 2012.
    La marchandisation de la formation, le passage aux appels d’offre code des marchés publics et donc la mise en concurrence avec de gros organismes de formation, la technicité, le professionnalisme, la réactivité qui sont aujourd’hui nécessaires dans le monde de la formation professionnelle induisent des orientations stratégiques et un positionnement en termes d’activités qui ne correspondent plus au modèle associatif.
    9 emplois pérennisés sur le territoire, une aventure avec des salariés devenus associés (dont 4 jeunes de moins de 26 ans au moment de la transformation en SCOP), des valeurs et principes partagés dans l’équipe et communiqués auprès de nos clients et partenaires, un accompagnement de qualité par le réseau Urscop et financier par le Fondès....c’est le témoignage que la première association Association Définition de formation des Pays de la Loire à s’être transformée en SCOP peut apporter à d’autres associations qui s’interrogent sur leur pérennité.
    Merci et bon débat

  • Bonjour,
    Je suis en charge pour l’association Association Définition Aurore de la création d’un espace l’Archipel dans le 8ème. Ce projet consiste à créer un espace coworking Coworking Définition au cœur du CHU saint Pétersbourg. Notre axe de travail se résume par le "beau comme moyen d’insertion". Un pôle couture générera des défilès de mode solidaire et aussi des bals costumés. Notre volonté est de considérer comme un "art d’être ensemble".j"aimerais vous présenter ce projet inédit au sein de la chapelle (ex bibliothèque de l’inpi). Cette initiative croise nombre de volontés du privé et du public.
    Je vous propose de vous transmettre le projet en pdf.
    Lakdar Kherfi, chef de projet Aurore.

    • Cher Monsieur Kherfi,

      Je vous félicite d’envisager de créer un espace de co-working au sein du CHU de Saint-Pétersbourg, dans le 8e arrondissement de Paris.
      Votre idée de créer un pôle couture avec des personnes en insertion et d’organiser des défilés de mode solidaire est fort intéressante.
      Je suis évidemment curieux d’en savoir davantage sur votre projet et vous invite, si vous cherchez à être accompagné et financé, à contacter Paris Initiative Entreprise qui est notre fonds territorial sur la capitale.
      Bon courage à vous,
      Christian Sautter

  • Bonjour,

    je voudrais vous présenter un projet que j’ai début il y a une quinzaine d’années. J’ai d’abord posé une théorie, puis une plateforme de test et dans les mois qui viennent plusieurs universités vont travailler sur ce projet.

    Bases théoriques déjà posée. Dans un livre « Et Si on Osait ? Vivre mieux de façon plus équitable » édité en 2012 par Fabien FERT

    Le projet est de créer une plate-forme technique permettant les échanges de biens et services en Open source Open source Définition . Ce système est basé sur le principe décrit dans le livre « Et si on osait ? Vivre mieux de façon plus équitable ».

    Il est autogéré et auto régulé ; il ne nécessite pas d’organe central de gestion. Il respecte la terre et ses habitants et n’est pas basé sur l’économie de marché.

    Il est sous forme d’un porte monnaie électronique (sur ordinateur, sur téléphone portable, sur serveur), mais permet également le paiement par « chèque numérique » (sur écran ou imprimé). Les échanges peuvent se faire de proche en proche, connecté ou non. La validation de la transaction est faite par un tiers. Il intègre un système de « récompense » individuelle qui permet de valoriser les comportements « éco-responsable » au travers d’un coefficient personnel.

    Ce coefficient évolue en fonction des données externe : de la santé de la terre et de ces habitants. On peut définir des valeurs globales qui serviront de base de calcul pour les coefficients : Taux de CO², taux de cancer, taux de suicide, Indice de Développement Humain, Ratio : Terre cultivé en Bio / Terre cultivé en agriculture intensive, ratio superficie OGM/superficie traditionnelle, taux de radioactivité, autant de paramètres que l’on veut. Lorsque ceux-ci évolueront dans le temps, les coefficients personnels évolueront aussi. Si chacun veut gagner plus il suffira de modifier ses comportements. C’est un levier très puissant pour accélérer le changement individuel (on utilise l’avidité pour le bien de l’humanité !!!) au service de l’humanité et de la terre.

    Il est basé sur le TEMPS et intègre le paiement de l’impôt rendant ce système universel et équitable tout en permettant de relocaliser l’économie. De plus il intègre un mode de revenu de base minimum pour les étudiants, retraités, sans emplois ou en arrêt maladie.

    Chaque heure payée (salaire) comprend également le paiement de l’impôt sur un compte spécifique dédié à la collectivité locale et au pays. Dans ce système l’entreprise ne fait aucun de profits, ni bénéfice et ne peut pas redistribuer l’excédant : il doit être réinvesti. . Le profit se fait uniquement par les individus.

    La création de richesse se fait par le coefficient. Plus la population agira dans le sens du bien de tous (préservation de la planète, équité sociale, etc...), plus de richesses seront créées. Il permet également de gérer le PIB, ainsi que la production/destruction de valeur du pays.

    Notre but et de créer cette plate forme technique qui permettra à tout un chacun de pouvoir utiliser et développer ce système dans son pays, sa région ou sa ville.

    Il permet notamment :

    • d’augmenter le niveau d’étude
    • d’augmenter le niveau de responsabilité
    • d’utiliser l’avidité pour servir les autres. (si l’on veut gagner plus il faut faire plus pour les autres et la terre)
    • une stabilité économique
    • une autorégulation puisque si la terre est détériorée, les coefficients baisseront....
    • un autocontrôle, ce sont les individus qui gèrent le système et s’autocontrôle (par d’organe central)
    • de diminuer la précarité
    • de renforcer le lien social
    • de relocaliser l’économie
    • et bien d’autres choses encore à découvrir dans le livre...

    C’est le seul système économique Gagnant (Terre) / Gagnant (Individu) / Gagnant (Société-administration)

    Je souhaiterais avoir votre avis, et peut être pourrions nous en discuter ?

    cordialement..

    Fabien FERT
    06 73 320 312

  • Solidethic ou l’accompagnement coopératif

    Plusieurs professionnels expérimentés (plusieurs dizaines d’années de métier)dans l’accompagnement et de la formation ont décidé en novembre 2013 de s’unir au sein d’une SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif SOLIDETHIC pour apporter des solutions innovantes en direction des entreprises ayant un projet ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
    .
    Que constatons nous après plus de 6 mois de fonctionnement ?
    Quelque soit le mode de financement, le porteur de projet ou l’entreprise qui a un projet doit proposer un modèle économique, social et environnemental qui doit permettre de pérenniser son entité ou son projet.
    En effet, les appels à projet, la finance participative Finance participative Définition , les subventions privées et publiques,et l’appel aux finances solidaires, nécessitent de présenter un projet dans toutes ses composantes et doit convaincre.
    Les financeurs quels qu’ils soient ont besoin d’avoir confiance dans le projet et que tout sera mis en œuvre pour réussir et rembourser une aide
    1ére proposition :
    Définir un partenariat entre des structures d’accompagnement (ex SOLIDETHIC) et les finances solidaires.
    Objectif : Multiplier les chances de succès en étant accompagné par ce type de structure
    Etude proposée : faisabilité économique, social, financier et environnemental du projet pour envisager après évaluation du projet
    2éme proposition
    Création au niveau du territoire d’un fond conseil et suivi pour financer l’intervention de structures telles que SOLIDETHIC
    Suivi et décaissement de fonds solidaires suite à une évaluation par une structure indépendante telle que SOLIDTEHIC
    Si l’innovation sociale est au coeur des problématiques de développement des territoires nous devons innover dans les méthodes d’accompagnement en tenant compte de la motivation du porteur et le potentiel du projet (investissement qui exige un ROI tant qualitatif que quantitatif)

    Nous restons à votre disposition pour en discuter et mettre en place de vraies solutions pour accompagner les projets
    Notre gérant : Rodolphe Cotelle est professeur de finances solidaires auprès d’universités et d’écoles de commerce.Il est également militant au sein des finances solidaires depuis 20 ans . Il fait partie du CA d’une Cigale et il est présent au conseil de surveillance de GARRIGUE.

    Cordialement

    Jean-Yves Forveille

    • Cher Monsieur Forveille,

      Vous avez raison de souligner l’importance de l’accompagnement des projets d’entreprises solidaires. Pour les entreprises individuelles créées par exemple par des chômeurs, les boutiques de gestion font un excellent soutien. Pour les entreprises solidaires, il n’y a pas de réseau national structuré. Même France Active qui a accompagné et financé 1000 entreprises solidaires en 2013, n’accompagne que la phase ultime de préparation du plan d’affaires et du financement.
      Votre SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif peut donc assurer un service précieux et je vous recommande de vous mettre en relation avec le Conseil régional le plus proche afin de lancer une première expérience. Une fois le projet bouclé, l’implantation régionale de France Active peut contribuer au financement.
      Bon courage,

      Christian Sautter

  • je suis en reprise d’études, doctorante en 2è année de thèse à l’université de Paris 8 en sciences sociales études de genre et études féminines. Le titre de ma thèse porte sur :
    " Les inégalités de genre et les projets de développement au Bénin :Sens et porté des groupements et coopératives des femmes en milieu rural " Elle met en œuvre le modèle coopératif au Bénin pour favoriser la compréhension et la pertinence de la mobilisation des femmes dans le secteur coopératif agricole. Elle se situe dans la lignée des travaux de l’économie de l’innovation et de l’économise solidaire. Dans ce cadre je souhaiterais être accompagnée dans la connaissance des fondements, théories, et pratique de cette discipline pour répondre aux exigences de qualité des résultats de mes travaux. Par la même occasion existerait-il des réseaux qui accepteraient de contribuer au financement de mes études de terrain en république du Bénin ?

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre