Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Economie sociale et solidaire : "La Banque publique d’investissement soulève (...)

Economie sociale et solidaire : "La Banque publique d’investissement soulève de grands espoirs"

Impression ForumPublié le 9 octobre 2012 

Christian Sautter, Président de France active et membre du Conseil du Labo, interviewé sur 20minutes.fr, explique le rôle de l’économie sociale et solidaire dans la lutte contre le chômage.

Source : 20minutes.fr, 9 octobre 2012.

EXTRAITS


L’aide à la création d’entreprise par les chômeurs reste-t-elle une solution au retour à l’emploi malgré la crise ?

Oui, 90% des 5.300 entreprises que nous avons aidées à naître en 2011 ont été des projets de demandeurs d’emploi. (...)

L’économie sociale et solidaire est-elle aussi un créneau porteur pour développer une activité et créer des emplois ?

L’économie sociale et solidaire est une façon de faire de l’économie, mais pas sur des secteurs en particulier. Un très grand nombre de ces entreprises embauchent des personnes qui ont des difficultés d’emplois soient parce qu’elles n’ont pas de travail, soit parce qu’elles sont victimes de handicap. Elles sont très présentes dans les services aux personnes âgées, aux familles, dans les activités d’environnement et les besoins n’ont pas diminué avec la crise. Et c’est là que la Banque publique d’investissement (BPI BPI Banque Publique d’Investissement ) qui va naître est fondamentale. Car pour faire pousser ces nouvelles plantes il faut de l’argent et la BPI impulsée par le ministre Benoît Hamon va mobiliser de l’argent supplémentaire pour l’économie sociale et solidaire.

Aujourd’hui la prudence des banques reste-t-elle un des principaux freins à la création d’entreprise par les chômeurs ?

La première difficulté c’est qu’il faut avoir un tempérament de créateur d’entreprise et cela n’est pas lié nécessairement à la crise. Mais évidemment, lorsque la mer est mauvaise, il faut être meilleur marin que si le ciel est bleu. Et la deuxième difficulté, c’est qu’il faut trouver des moyens de financement et les banques privées sont de plus en plus réticentes à en fournir. D’où l’intérêt de la BPI qui soulève de grands espoirs dans les milieux de l’économie sociale et solidaire.

Propos recueillis par Claire Planchard

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre