Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > ESS & Culture – Christine Sinapi, économiste : « Le premier objectif de la (...)

ESS & Culture – Christine Sinapi, économiste : « Le premier objectif de la culture n’est pas utilitariste, mais l’émancipation ! »

Impression ForumPublié le 11 janvier 2018 

Profession Spectacle revient sur notre ProspectivESS « Transitions culturelles, » du 14 Novembre et met en ligne une série d’articles pour restituer l’expérience des différents acteurs culturels présents. Dans cet article, retrouvez le témoignage de Christine Sinapi, économiste et directrice académique et du développement pédagogique de la Burgundy School of Business

Après une rapide présentation de la Burgundy School of Business et de l’importance du management culturel au sein de cette école, qui a créé le premier master européen dans ce domaine, Christine Sinapi rappelle que « deux (…) études sont aujourd’hui en cours (…) sur le financement de l’entreprenariat culturel (…) et sur les impacts socio-économiques de l’entreprenariat culturel. »

L’économiste aborde également une certaine spécificité en ce qui concerne le modèle économique culturel français : « Pour la France, la clef d’entrée ou les éléments un peu discriminants sont certainement historiques, relevant de la régulation, des dimensions institutionnelles et légales qui ont été mises en place, des dispositifs d’accompagnement et de financements… »
De plus, si les business models peuvent varier dans leur spécificité, ils n’en restent pas moins « très similaires à ceux de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
[et] par ce mode-là d’entrée, nous avons de vraies proximités. »

Pour Christine Sinapi, « le point de tension (…) entre l’ESS et le secteur culturel, est celui de l’utilité. Je ne suis pas sûre qu’une entreprise culturelle ait vocation à être utile, quand bien même ce serait socialement, (…) mais [plutôt] de contribuer à une dimension émancipatrice, humaine. » Confie-t-elle à la fin de son intervention.

Retrouvez l’intégralité de cet article sur le site de Profession Spectacle.
Vous pouvez également retrouver les différents témoignages des intervenants présents à la rencontre dans la rubrique "on parle de nous".

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre