Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > "ESS : le temps des entrepreneurs sociaux"

"ESS : le temps des entrepreneurs sociaux"

Impression ForumPublié le 24 octobre 2013 

Source : Article de Mathias Thépot publié dans La Tribune, le 18 octobre 2013.

Les faits : L’économie sociale et solidaire(ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
) représente 10% de l’emploi en France, mais est encore en mal de reconnaissance et cherche à changer d’échelle.

Les enjeux : Grâce à l’adoption imminente d’une loi-cadre, l’ESS s’élargit à la famille des entrepreneurs sociaux, porteurs d’innovations sociales et chercheurs de solutions nouvelles face à la crise.

[...] L’économiste Elena Lasida met cependant en garde contre une ouverture trop large de la définition de l’ESS pour ne pas que « trop de pluralité ne fasse perdre la pureté ». Car, comme le dit Claude Alphandéry, « nous sommes dans un monde qui n’est pas simplement dominé financièrement par le capitalisme financier, mais aussi idéologiquement ».

Les profits affluents, le risque de dénaturer l’initiative d’origine est grand. Cela s’est d’ailleurs vérifié dans l’histoire : les expériences du socialisme utopique du début du XIX° siècle, dont l’ESS est l’héritière, ont montré que l’abandon de l’utopie originelle a souvent été le premier pas vers la normalisation et l’intégration au capitalisme. La genèse du mouvement était pourtant de rendre le capitalisme obsolète en proposant la mutualisation des risques et des bénéfices, et la solidarité entre les acteurs de l’économie.

Protéger l’ESS contre "la prédation"

L’ESS marche donc sur des œufs. La question que pose le chercheur en sciences sociales Paul Jorion résume bien le grand défi auquel l’ESS va être confrontée, notamment si une période de reprise économique se présente : « Est-il possible de protéger suffisamment les projets de l’économie sociale et solidaire qui réussissent contre la prédation qu’exerce le système capitaliste ambiant, et dont ils furent incapables de se protéger autrefois ? » Oui, en étant résolument optimiste. « L’espoir secret, sans doute, est que la crise qui a débuté en février 2007 aura produit une démoralisation suffisante dans les rangs des ennemis de l’économie sociale et solidaire […] pour qu’elle puisse reprendre son envol », ajoute Paul Jorion. Il ne manque enfin pas d’avertir les acteurs du secteur : « Il faudrait alors que nous ayons de notre côté fait de très sérieux progrès dans la résolution des contradictions qui faisaient un jeu d’enfant, pour les adversaires de l’économie sociale et solidaire, de mettre celle-ci sur la touche. » La balle est désormais dans le camp des acteurs de l’ESS.
[...]

Poursuivre la lecture sur le document ci-dessous.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre