Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > Fondation Rte : soutenir l’ESS dans les campagnes

Fondation Rte : soutenir l’ESS dans les campagnes

Impression ForumPublié le 16 mai 2017 

La Fondation Fondation Définition Rte dédie ses actions à soutenir les projets ruraux qui visent un impact économique, social, environnemental et de développement territorial. Créée en 2008, elle a contribué à financer 379 structures d’intérêt général à hauteur de plus de 7 millions d’euros.

Soutenir les structures rurales de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
d’intérêt général avec un fort impact social et économique sur le territoire

La Fondation Rte a fait le choix d’une philanthropie tournée vers les initiatives des campagnes, dans une logique de continuité : 90% des ouvrages de son entreprise fondatrice, Réseau de transport d’électricité (Rte), sont en campagnes. Elle part du constat que les enjeux spécifiques à ces territoires sont peu lisibles, l’analyse habituelle des problématiques sociales, économiques et environnementales étant centrée sur le modèle urbain, comme les financements en découlant.

La Fondation Fondation Définition Rte s’appuie sur la typologie des campagnes établie par la Datar en 2011, que gère l’Observatoire des territoires du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET), et distingue ainsi : "les campagnes des villes, du littoral et des vallées urbanisées" d’une part, "les campagnes agricoles et industrielles" d’autre part et enfin "les campagnes vieillies à très faible densité".

Frédérique Rimbaud, déléguée générale de la fondation, précise qu’une partie de ses interventions concerne volontairement des projets « hors champ », implantés dans des communes de plus de 10 000 emplois, et qui ne relèveraient donc plus de territoires de campagnes selon cette classification. Les projets soutenus le sont, dans ce cas, parce qu’ils sont essentiellement conçus pour concourir au développement des campagnes du département concerné, voire au-delà. Il en est ainsi par exemple de la Coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’Installation en Agriculture Paysanne en Loire-Atlantique (CIAP 44). Frédérique Rimbaud explique : « C’est une pépinière, ou une couveuse : on accueille des candidats à l’exploitation agricole pour tester leur envie et capacité à devenir agriculteur. Les moyens y sont mutualisés et les personnes, formées : le problème actuel de la reprise des activités agricoles porte, d’une part, sur les paysans qui ne trouvent pas de repreneurs et, d’autre part, des urbains qui souhaitent se reconvertir et qui ne bénéficient pas de ce passage de relais extraordinaire qui consiste à reprendre la ferme de ses parents ou grands-parents. CIAP 44 leur permet d’être formés et de bénéficier de l’accompagnement de tuteurs, paysans expérimentés. »

Suivre et évaluer l’impact des projets

Durant les dernières années, la Fondation s’est impliquée de façon croissante dans l’évaluation des projets soutenus. Ce travail, essentiel pour pouvoir mesurer l’impact du soutien financier qu’elle apporte, s’est notamment caractérisé par la redéfinition du process d’instruction des dossiers, qui comporte notamment, depuis 2014, des indicateurs sur quatre grands volets : impacts économiques, sociaux, environnementaux et de développement territorial. Les instructeurs des dossiers, retraités de Rte et bénévoles, sont ainsi amenés non seulement à analyser chaque projet en se rendant sur place, mais aussi à aider les porteurs de projets à définir leurs objectifs dans ces quatre dimensions en élargissant souvent pour ce faire leur vision de leur champ d’intervention.

Les projets soutenus par la Fondation sont de plus en plus « complexes » et « protéiformes » : il s’agit, selon Frédérique Rimbaud, de répondre de façon déployée et diverse aux problématiques rencontrées sur un territoire donné, par exemple sur la question de la mobilité, point crucial de l’insertion professionnelle et de l’employabilité pour des lieux éloignés des grands bassins d’emploi. Les solutions apportées sous forme de plateforme de mobilité sont de plus en plus nombreuses : elles comprennent une part du projet dédiée aux difficultés à acquérir et à entretenir une voiture (comme les garages solidaires), mais aussi des solutions de location, une prise en compte des solutions que sont les deux-roues, l’accessibilité au permis de conduire et même la sensibilisation à l’intermodalité et donc aux transports en commun du territoire. Ce type de solution est par exemple mis en place par Mobil’Emploi en Aveyron : il permet de développer un « projet ambitieux » qui contribue au développement territorial de façon diversifiée, selon Frédérique Rimbaud.

C’est cette dynamique que défend la Fondation Rte, répondant à la fois aux enjeux d’insertion professionnelle, de mixité sociale, d’impact économique direct et indirect pour le territoire, de lutte contre l’exclusion sous toutes ses formes et de lien social.

Photos : Médiathèque Fondation Rte

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.