Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Interview de Claude Alphandéry pour Place publique

Interview de Claude Alphandéry pour Place publique

Impression ForumPublié le 16 décembre 2014 

Dans le cadre de la passation de présidence du LABO de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, entre Claude Alphandéry et Hugues Sibille, Place publique, le site des initiatives citoyennes reproduit dans son magazine de décembre 2014, un entretien que Claude Alphandéry leur avait accordé en mai 2012.

La résistance est-elle le fil rouge de votre vie ?
La résistance, c’était bien sûr un état d’esprit de fraternité, mais aussi une fabuleuse force d’initiative enracinée par les maquis au cœur de la société et consolidée par la pratique des réseaux. Lorsque je dirigeais la résistance dans la Drôme, j’avais 20 ans. Nous avons vu alors arriver à nous des centaines, des milliers de jeunes gens de toutes les régions, de Bretagne, du Nord, du Centre. On ne se rappelle jamais assez que la Résistance a été le fait de jeunes gens totalement déracinés, professionnellement désoccupés, brusquement rassemblés dans des maquis de 200, 300, 400 personnes. Il y avait bien sûr les actions de résistance, les coups de main sur les voies ferrées ou le long des voies navigables. Mais on n’arrivait pas à en faire tous les jours. Entre deux opérations, il se passait du temps. On a beaucoup parlé, des soirées entières. Beaucoup étaient là plutôt par refus du STO que par idéologie. Mais il y a eu de vraies discussions. Nous voulions une vraie démocratie, une démocratie sociale et pas seulement parlementaire. D’une certaine manière, les maquis étaient des clubs de citoyens. Toute cette réflexion a largement inspiré le pacte républicain issu du Conseil National de la Résistance, qui a lui-même nourri les avancées sociales et économiques des Trente Glorieuses.

Lire la suite sur le site de Place publique

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.