Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > Les tribunes du Labo > L’emploi : un "produit" de première nécessité

L’emploi : un "produit" de première nécessité

Impression ForumPublié le 5 décembre 2012 

Une tribune de Pierre-Yves Madignier, président du mouvement ATD Quart Monde France, et de Patrick Valentin, responsable du Réseau Emploi-Formation d’ATD Quart Monde.

Après des décennies de chômage structurel, nous mesurons les dégâts économiques et sociaux considérables qu’il a pu produire. Des couches entières de la population sont reléguées aux marges de la vie sociale, sans perspectives de s’en sortir. Les enfants, à leur tour, ne peuvent plus se projeter dans un avenir de réussite. Il faut rompre avec cette absence de perspectives pour les plus exclus du marché du travail. Cela ne peut pas se faire sans bousculer certaines manières de penser, cruellement en échec depuis des décennies sur le noyau dur du chômage de longue durée.

Le travail doit être considéré aujourd’hui, comme un "produit" de première nécessité et non comme une résultante du jeu de l’offre et de la demande

A la question : quel travail veux-tu faire ? La grande majorité répond : "tout ce que tu voudras pourvu que je sois capable physiquement et moralement de le faire. Ce que je veux c’est travailler et recevoir un salaire". L’enquête sur "l’influence des incitations financières sur le retour à l’emploi des bénéficiaires de minima sociaux" menée en 2009 par la Direction Générale du Trésor montre bien que la valeur accordée au travail et la volonté d’assurer le meilleur avenir possible aux siens conduisent la plupart des bénéficiaires à accepter la reprise d’un emploi, même sans gain financier immédiat.

Ces trente dernières années, des compétences considérables ont été développées dans l’accompagnement des personnes, l’adaptation du travail et de l’emploi, l’utilité sociale du travail. Nous avons concrétisé des "modèles économiques" qui permettent le développement, modèle de l’IAE IAE Insertion par l’activité économique (Insertion par l’Activité Economique) et du Travail Adapté par exemple. Ces modèles montrent tous que l’emploi rapporte à la société beaucoup plus que le chômage après soustraction des aides aux postes accordées. Outre l’économie des aides et allocations de toutes natures liées au chômage de longue durée, la société bénéficie des travaux accomplis par les salariés (ex chômeurs). Que ce soit au plan économique ou en terme de qualité de vie et de prévention sociale le résultat est largement avéré. Une étude américaine ("The Economics of Poverty") a ainsi montré en 2006 que pour chaque dollar investi dans l’éradication de la pauvreté, chaque Américain bénéficierait d’un "retour sur investissement" de 3,75 dollars.

A titre d’exemple ce petit "parc de loisir" familial qui accueille 35 000 personnes environ, chaque été, en Anjou. C’est une équipe de 12 à 15 personnes "en insertion", et/ou reconnue handicapée, qui s’occupe des poneys, du toboggan aquatique, des jeux gonflables, de l’accueil des clients, à la satisfaction de tous. C’est une association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". qui gère l’équipement. Ce "modèle économique" du travail adapté permet de créer 10 emplois convenant à des personnes faiblement qualifiées. Autre exemple, l’entreprise solidaire "Travailler et Apprendre Ensemble" (TAE) emploie à Noisy-le-Grand une vingtaine de salariés en CDI, dont certains ont eu à affronter longtemps l’exclusion professionnelle et sociale. Deux tiers de ses ressources proviennent de son activité, un tiers de financements publics et privés.

Redonnons droit de cité, sur les territoires, à une économie qui redonne sens à l’économie actuelle

Les solutions économiques et sociales sont donc là, sous nos yeux, elles sont le plus souvent remarquables d’intelligence et de qualité. Mais curieusement elles sont artificiellement limitées dans le temps, bridées, elles n’ont ni le droit, ni les moyens de se développer. Il nous reste à trouver comment les libérer, les multiplier et les rendre pérennes, leur donner droit de cité dans une économie complémentaire indispensable aujourd’hui pour redonner sens à l’économie actuelle.

Fort de ce constat, le Mouvement ATD Quart Monde souhaite contribuer à mettre en place une expérimentation pour démontrer qu’il est possible, à l’échelle d’un territoire, de conjuguer développement économique local et suppression du chômage de longue durée, en impliquant toute la population locale. Il s’agit tout d’abord de repérer dans le territoire choisi toutes les personnes contraintes à l’inactivité, tout en recensant leurs compétences, acquises ou possibles. Il faut ensuite répertorier les travaux utiles à la collectivité non mis en œuvre faute de moyens. Enfin, les financements de toutes natures liés au chômage de longue durée seraient réorientés pour créer des emplois durables, rapprochant les attentes et compétences des personnes inemployées des travaux utiles à la collectivité. Les personnes devenues "chômeurs de longue durée en activité" resteront en lien avec le marché du travail pour que toutes les passerelles restent ouvertes avec l’économie ordinaire, mais en attendant ces passages hypothétiques, elles ne seront pas reléguées dans l’inaction et la dépendance d’allocations minimum, elles seront "en emploi" et ces emplois seront au service de la société toute entière et du développement local.

Pierre-Yves Madignier,
Président du Mouvement ATD Quart Monde France

Patrick Valentin,
Responsable du Réseau Emploi-Formation d’ATD Quart Monde

Partagez votre avis sur cette tribune, commentez-la, diffusez-là si vous le souhaitez, en n’omettant pas de citer le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
comme source.

Commentaires

  • Bonjour,

    je cite : "Cela ne peut pas se faire sans bousculer certaines manières de penser ..." effectivement, certaines manières de penser ! il s’agit bien ici de la "considération personnelle et subjective " envers les salariés , de la part d’employeurs ; qu’ils soient des TPE ou PME (et ils sont vraiment nombreux ) ... puis de la part de l’entourage professionnel déjà en place ! ce qui "tue" les salariés, ce ne sont pas nécessairement les conditions du travail : environnement direct, outil de production ... mais plutôt la drôle de notion "d’intégration" de l’entourage professionnel ! exemple ; le fameux adage : " diviser pour mieux régner" est souvent indissociable des conditions de travail en certains endroits !?
    Voilà, comment des centaines voire des milliers d’employés abusés dans leurs fonctions et dans leur intégrité se retrouvent ... dehors du "circuit" à plus ou moins long terme.
    C’est à mon sens le souci majeur ! car ce ne sont pas bizarrement les compétences, la capacité d’adaptation au poste de travail qui priment dans beaucoup d’entreprises ! mais l’aptitude, "l’attitude" à se plier à certaines exigences "relationnelles" établis par le dirigeant et autres "sous chefs" de l’équipe...
    c’est une des pistes également à "Entendre" pour analyser les chiffres du chômage, car on n’en peut plus des "abus de pouvoir" qui n’apportent rien à l’épanouissement de chacun, même avec la meilleure volonté et toujours de la part des Salariés ... c’est Leur politique ! et une politique destructrice en tous points ... Faut pas faire "l’étonné" après ...
    Non, L’homme n’est pas un "produit" justement !
    ça devient un méga délire sans nom ...
    Steph

  • ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
    a besoin de la soutenabilitė politique. le problème c’est que l agent politique est obsédé par la recherche de son intérêt personnel, familial et son réseau. on a besoin donc des hommes politiques ayant les valeurs de bien commun, de la solidarité et du partage. Notre obligation aujourd’hui est de leurs donner le pouvoir. le combat commence par le vote.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.