Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > L’engagement d’Ethiquable, une coopérative pionnière du commerce (...)

L’engagement d’Ethiquable, une coopérative pionnière du commerce équitable

Impression ForumPublié le 6 mai 2013 

A l’occasion de la Quinzaine du commerce équitable, nous avons interviewé Emmanuelle Cheilan, responsable communication de la Scop Ethiquable, créée en 2003 à Fleurance (Gers).

Quelle est votre spécificité parmi les acteurs du commerce équitable Commerce équitable Définition du concept de commerce équitable  ?

Nous avons quelques convictions chez Ethiquable : nous les tirons d’une pratique de terrain. Celle d’une SCOP SCOP Société coopérative et participative et celle d’une entreprise reconnue pour son exigence en termes de commerce équitable. Les salariés détiennent le capital de notre entreprise. Quoi de plus évident quand on est spécialiste d’un commerce exclusivement centré sur les producteurs organisés en coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. , que de s’appliquer à soi-même le statut SCOP. Et de faire entendre la voix de cette "autre économie" en s’inscrivant pleinement dans l’Economie sociale et solidaire !

Nous défendons une pratique engagée et exigeante du commerce équitable : c’est avant tout une force de proposition pour un commerce différent, qui remédie à l’exclusion ou à la marginalisation sur le marché des populations des pays en développement. Chaque produit est issu d’une organisation paysanne avec laquelle nous avons identifié un projet de développement et d’autonomisation. Nous donnons la priorité aux communautés paysannes qui défendent les spécificités de leurs terroir, culture, identité et mode de vie.

Parmi les projets que vous menez, quels sont ceux qui méritent d’être mis en valeur ?

Il y en a beaucoup ! On peut retenir notre aventure avec CEPICAFE, une organisation de producteurs au Pérou. Nous sommes partenaires depuis 10 ans avec les leaders paysans de CEPICAFE ; ils ont réussi à transformer l’économie de la région de Piura. Nous avons créé plusieurs filières de commerce équitable ensemble autour du sucre complet, puis des fruits, puis du cacao, puis du café. Avec toujours à l’esprit l’idée que la majeure partie de la valeur ajoutée reste aux mains de coopératives. CEPICAFE est aujourd’hui reconnu au Pérou. Nous sommes très fiers pour eux.

Deux autres projets nous tiennent particulièrement à cœur : la coopérative SOPACDI (RD du Congo) et la coopérative CEB (Côte d’Ivoire). Chacun à sa façon démontre que le déterminisme de quelques hommes et femmes est capable de changer dans des contextes très complexes.

La SOPACDI est situé au Kivu, une région au Nord-ouest de la République Démocratique du Congo. L’insécurité, la crise économique, les déplacements de populations suite au génocide du Rwanda et la guerre civile de ces 20 dernières années ont conduit à une quasi disparition de la filière café. La plupart du café du Kivu est produit par des petits producteurs sous équipés et qui n’ont pas d’accès au marché. Parce qu’ils partagent une détermination unique dans une zone de guerre civile intense, les producteurs de la SOPACDI réussissent à faire revivre le fameux café du bord du lac Kivu avec plusieurs entreprises de commerce équitable engagées, comme nous. Plus de 3 800 producteurs ont rejoint la poignée de producteurs du début.

La coopérative CEB en Côte d’ivoire est un des projets que nous avons soutenus en appuyant la création de l’organisation : il s’agit de la première coopérative de petits producteurs de cacao (indépendante !) à faire un cacao bio et équitable. Le marché du chocolat pèse 80 milliards de dollars. Il est concentré entre les mains de 10 grandes entreprises dont 4 multinationales : Barry Callebaut, ADM, Cargill pour l’export/la transformation et Kraft/Cadbury, Nestlé, Ferrero et Hershey pour la distribution. La Côte d’Ivoire où 49% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté (1$/jour), est le plus gros pays producteur de fèves de cacao de masse. Le cacao de masse est un cacao de base peu cher à différencier des cacaos dits fins. Elle assure 33% du volume mondial. En parallèle des grandes entreprises implantée en Côte d’Ivoire, la modeste Coopérative Equitable du Bandama (CEB) a su tirer son épingle du jeu en exportant directement ses fèves de cacao de qualité supérieure sur le marché biologique et équitable.

Avez-vous prévu quelque chose pour la Quinzaine du commerce équitable 2013 ?

Nous venons de mettre en ligne un tout nouveau site internet ouvert aux débats et aux avis des consommateurs et de citoyens intéressés par les démarches solidaires et responsables. Pour nous, le commerce équitable est né d’une revendication de la société civile, doit le rester et s’en nourrit pour avancer en cohérence. Et nous soutenons la parution du hors-serie d’Altermondes sur le commerce équitable !

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.