Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > Les tribunes du Labo > L’entrepreneuriat social : une force de transformation de l’économie

L’entrepreneuriat social : une force de transformation de l’économie

Impression ForumPublié le 22 mars 2013 

Une tribune signée Amandine Barthélémy et Romain Slitine,
Co-fondateurs de ODYSSEM, collectif d’acteurs au service du développement de l’innovation sociale, experts-associés à l’ESSEC IIES (Institut de l’innovation et de l’entrepreneuriat social Entrepreneuriat social Définition ) et maîtres de conférence à Sciences Po Paris et Sciences Po Lille.


L’entrepreneuriat social Entrepreneuriat social Définition est d’ores et déjà une dynamique qui a fait ses preuves, par des innovations concrètes toujours plus nombreuses qui inspirent utilement de plus en plus d’acteurs de l’économie. Contre la morosité des idées reçues de la théorie économique dominante, l’entrepreneuriat social propose des pistes très sérieuses qui changent les pratiques et… la façon de faire l’économie ! Dans une France qui déprime, c’est la preuve que les personnes peuvent être des acteurs de changement et que l’on peut favoriser d’autres méthodes de gestion et de décision qui sous-tendent la vie des entreprises.

L’audace des entrepreneurs sociaux est contagieuse et l’entrepreneuriat social ne peut plus être réduit à une simple "troisième voie" entre l’économie publique et l’économie traditionnelle. De mieux en mieux connu et structuré, ce mouvement représente une force d’inspiration pour des étudiants curieux, de futurs entrepreneurs visionnaires, des dirigeants pragmatiques et responsables, et des citoyens qui s’impliquent.

"Les formations dédiées à l’économie sociale et solidaire et à l’entrepreneuriat social foisonnent dans les universités et grandes écoles ; elles ouvrent d’autres espaces d’innovation"

Transformer l’économie, cela passe d’abord par les individus, et ce, dès la formation initiale. En réponse à l’engouement des jeunes, les formations dédiées à l’économie sociale et solidaire et à l’entrepreneuriat social foisonnent dans les universités et grandes écoles à l’instar de la chaire Entrepreneuriat Social de l’ESSEC ou du master APIESS de l’université de Lille 1. On y apprend que la force positive de l’entreprise est un formidable levier d’innovation sociale pour répondre aux enjeux réels de notre société. Ces formations ouvrent d’autres espaces d’innovation où il est possible d’inverser la hiérarchie des valeurs en pensant des modèles économiques hybrides et audacieux au service de la création de valeur sociale et environnementale.

"L’entrepreneuriat social permet aux citoyens qui le désirent d’assumer le rôle d’acteurs de l’économie auxquels ils aspirent."

C’est par les personnes que se construisent les passerelles entre des mondes qui cessent de s’ignorer pour construire une économie collective et intelligente à l’image du groupe coopératif REPLIC, qui fonctionne comme un "générateur" d’entreprises d’utilité sociale en Languedoc-Roussillon. Le statut de Société Coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’Intérêt Collectif (SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif ) présente l’originalité de pourvoir accueillir comme actionnaires des collectivités locales mais aussi différents "collèges" (salariés, partenaires, usagers…) qui participent à la gouvernance Gouvernance Définition de l’entreprise. En associant au sein du conseil d’administration des collectivités locales, des réseaux associatifs, des fédérations professionnelles et des citoyens actifs sur le territoire, REPLIC détecte des opportunités économiques qui correspondent à des enjeux d’intérêt général localement. Enfin, l’entrepreneuriat social permet aux citoyens qui le désirent d’assumer le rôle d’acteurs de l’économie auxquels ils aspirent.

"L’entreprise montre qu’elle peut être une force de changement, de lien social et de solidarité au-delà de sa simple fonction de création de richesse."

L’entrepreneuriat social transforme également en profondeur l’économie en repensant la relation au territoire. L’entreprise retrouve sa fonction originelle d’administration des ressources d’une unité géographique pour produire, distribuer, et consommer les richesses d’une société, dans une acception plurielle de cette richesse. Ainsi à Romans dans la Drome, Christophe Chevalier, PDG du groupe Archer prend le pari de relancer la production artisanale locale de la chaussure dont le fameux - talon Louis XV monté d’une seule pièce - avait fait la renommée. Alors qu’il y avait près de 100 unités de fabrication de chaussures après la deuxième guerre mondiale, il n’en restait plus que 2 dans les années 2000. Le groupe Archer réussit à mobiliser, avec l’aide des collectivités locales, les anciens ateliers et machines-outils de l’usine Jourdan, et va convaincre, pour réactiver le savoir-faire local, des "piqueuses" à la retraite ou des "coupeurs de cuir" au chômage depuis plusieurs années de reprendre du service. Cet exemple, parmi d’autres, fait la preuve de la rationalité économique de la préservation ou de la relocalisation des activités en France. Ainsi l’entreprise change de statut et devient un outil pour permettre une utilisation efficace et utile à tous des ressources du territoire, et y compris des ressources humaines. Surtout, l’entreprise montre qu’elle peut être une force de changement, de lien social et de solidarité au-delà de sa simple fonction de création de richesse. Ici encore, cela peut être une force d’inspiration pour l’ensemble des acteurs du monde socio-économique.

"L’entrepreneuriat social dessine déjà l’économie de demain."

Animés par un désir fondamental de créer de l’emploi et du lien social, ces entrepreneurs de demain relèvent le défi de la relocalisation d’activités, réinventent des modèles de croissance plus équitables et respectueux des personnes et font du travail un vecteur d’inclusion pour tous. Ils nous prouvent qu’il est possible de faire de l’entreprise un puissant collectif au service du développement des personnes et des territoires. Nous en sommes convaincus : l’entrepreneuriat social dessine ainsi déjà l’économie de demain, une économie d’action où acteurs publics, entreprises et citoyens œuvrent à la construction et à l’animation d’une société pensée ensemble.

Amandine Barthélémy et Romain Slitine

Co-fondateurs de ODYSSEM, collectif d’acteurs au service du développement de l’innovation sociale, experts-associés à l’ESSEC IIES (Institut de l’innovation et de l’entrepreneuriat social) et maîtres de conférence à Sciences Po Paris et Sciences Po Lille.
Auteurs de l’ouvrage "Entrepreneuriat social, innover au service de l’intérêt général", Vuibert, 2012 (rééd.)

Partagez votre avis sur cette tribune, commentez-la, diffusez-là si vous le souhaitez, en n’omettant pas de citer le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
comme source. Vous pouvez également nous envoyer une tribune que vous souhaiteriez publier sur le site du LABO de l’ESS.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.