Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > L’Humanité - Economie collaborative : la logique du pair à pair a gagné en (...)

L’Humanité - Economie collaborative : la logique du pair à pair a gagné en intérêt

Impression ForumPublié le 4 mars 2016 

Dans le cadre d’un dossier sur l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
et l’économie collaborative réalisé par l’Humanité, Hugues Sibille, Président du Labo, a accordé un entretien sur le faire valoir de l’ESS dans l’économie collaborative.

« Le notion d’économie collaborative recouvre beaucoup de définitions. Au risque d’apporter de la confusion ?

Hugues Sibille : L’économie collaborative connaît une croissance très rapide, mais ses frontières restent à définir. Cette nouvelle économie regroupe une nébuleuse de structures qui n’ont pas les mêmes finalités, ni les mêmes modèles économiques. Elle regroupe des start-up, entreprises de capital, qui lèvent beaucoup d’argent, mais dans lesquelles la communauté des usagers n’a ni droit ni pouvoir de gouvernance Gouvernance Définition sur l’entreprise. La finalité ultime est la rémunération des apporteurs de capitaux. Certaines entreprises de l’économie collaborative suivent la voie traditionnelle du capitalisme sauvage : quête du profit pour le profit, intimidation envers la concurrence, lobbying, recherche de monopole, paradis fiscal. D’autres, celles de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, réellement collaboratives, font de la communauté des usagers la finalité de l’entreprise en lui conférant un pouvoir et, dans de nombreux cas, un moyen de solidarité et de lien social. Le pouvoir et les bénéfices (après la constitution d’une réserve) sont partagés avec les salariés.
Il n’y a pas lieu d’émettre un jugement moral en termes de bien ou mal, mais de constater la différence et de refuser la confusion qui s’inscrit dans une polysémie des vocables utilisés : « collaboratif », « communauté », « mutualisation », « partage ». Chacun de ces mots n’a pas la même signification selon les projets.

L’économie sociale et solidaire est une économie du partage. Pourquoi n’est-elle pas en pointe dans le développement de l’économie de plateformes ?

Hugues Sibille
 : Après la crise de 2008 et avec la révolution digitale, une logique du pair à pair, limitant le gaspillage, favorisant l’usage plutôt que la possession, a gagné en intérêt. Cette économie prônant les valeurs de partage, de communauté, est souvent déviée de ses intentions par des logiques de recherche de plus-values rapides. L’ESS, qui se rapproche des valeurs premières, se fait malheureusement devancer sur le plan technologique et financier. Rien n’est irrémédiable. »

Lire l’intégralité de l’entretien ici.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre