Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > L’Humanité - L’Union européenne tourne le dos à ses entrepreneurs (...)

L’Humanité - L’Union européenne tourne le dos à ses entrepreneurs sociaux

Impression ForumPublié le 19 octobre 2016 

Contrairement à l’ancienne équipe Barroso, la Commission européenne, présidée par Jean-Claude Juncker, se montre peu enthousiaste à l’idée de soutenir les entreprises sociales pour leurs besoins réglementaires et de financements.

Cet article, publié le 4 octobre 2016, a été rédigé par Stéphane Guérard pour l’Humanité.

Elle semble loin, cette grande rencontre européenne de janvier 2014, lorsque plus deux mille entrepreneurs sociaux avaient convergé des quatre coins de l’Union vers Strasbourg, afin d’asseoir ce modèle alternatif d’entreprendre. À cette époque, et depuis l’Initiative pour l’entrepreneuriat social Entrepreneuriat social Définition lancée en 2011 par Michel Barnier, alors commissaire européen, les relations entre cette branche de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
et Bruxelles étaient au beau fixe. L’Europe avait reconnu l’impact social majeur exercé par ces entreprises, dont « l’objectif social ou sociétal d’intérêt commun est la raison d’être de leur activité économique, qui se traduit souvent par un haut niveau d’innovation sociale ». Des financements en avaient découlé pour soutenir ces actions.

Depuis, la Commission Barroso a cédé la place à celle présidée par Jean-Claude Juncker. Et l’intérêt des institutions de l’UE pour les entrepreneurs sociaux s’est un peu émoussé. C’est pour réanimer la flamme que, en juillet dernier, le Geces – Groupe d’experts de la Commission européenne sur l’entrepreneuriat social – a adressé à Jean-Claude Juncker un nouvel appel à l’aide. Réaffirmant « le besoin de visibilité, de reconnaissance et d’identité de l’économie sociale et des entreprises sociales européennes », ses porte-parole, Hugues Sibille et Denis Stokkink, ont appelé à un meilleur accès aux financements et à « un cadre réglementaire adéquat pour les entreprises sociales européennes et l’économie sociale ».

Depuis, la Commission européenne a bien assuré qu’« un suivi rigoureux des points soulevés serait effectué », selon le think tank Pour la solidarité. Si, lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, le 14 septembre, Jean-Claude Juncker a bien parlé d’un plan d’investissement de 500 milliards d’euros d’ici à 2020, les secteurs de la sécurité, de la défense et des télécommunications seront prioritaires. Le thème de la cohésion sociale par l’activité économique, lui, n’a jamais été évoqué.

Accédez à l’intégralité de l’article sur le site de l’Humanité.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre