Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > L’Uriopss Languedoc-Roussillon étudie la diversité des modes de coopérations (...)

L’Uriopss Languedoc-Roussillon étudie la diversité des modes de coopérations entre associations

Impression ForumPublié le 29 juin 2015 

L’Uriopss LR s’est penchée sur les formes de coopérations au sens large (rapprochements, fusions, partenariats, mutualisation) entre associations, enjeux fort du secteur social et médico-social. L’antenne régionale de l’union des organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux note que ce mouvement de coopération est susceptible de reconfigurer profondément le paysage associatif dans ce secteur.

La normalisation de leurs pratiques dans un contexte fortement concurrentiel, leur nécessaire intégration de nouvelles exigences d’efficacité ou de rentabilité issues du modèle de l’entreprise conduit à un bouleversement structurel des pratiques de ces associations et à la disparition des plus petites d’entre elles.

L’étude avance en effet que les démarches de mutualisation/rapprochement entre associations de solidarité se multiplient sur les territoires sous l’impulsion d’une politique qualifiée de « New Public Management » et des incitations fortes de coopérations venant de l’administration. Le secteur subirait ainsi une restructuration au profit d’économies par la réduction du nombre d’interlocuteurs associatifs jugés trop dispersés et cloisonnés. Le corollaire : la dimension « sociopolitique » historique des associations risque de s’effacer derrière des objectifs de rentabilité.

La coopération comme processus d’apprentissage collectif

Néanmoins, les auteurs notent que les mouvements de de coopération peuvent également produire des effets vertueux. La coopération inter-associative, processus complexe, peut en effet permettre d’apprendre à plusieurs à faire face aux évolutions du contexte institutionnel. Une dynamique d’apprentissage et d’innovation peut naître de ces coopérations. Enfin, la légitimité et la reconnaissance acquises grâce aux rapprochements leur permet de gagner en visibilité et de participer dans les instances de délibération locales et dans le débat public.

L’étude détaille les facteurs d’échec ou de réussite de cette coopération. La gouvernance Gouvernance Définition ressort comme une dimension déterminante pour le succès et la pérennité de cette dernière.

Accédez à l’étude complète ici.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre