Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > La démocratisation de l’Open data, un enjeu citoyen

La démocratisation de l’Open data, un enjeu citoyen

Impression ForumPublié le 17 septembre 2012 

L’Open data Open data ou mouvement d’ouverture des données , ouverture des données, recouvre aujourd’hui de larges champs, des détails de la fiscalité aux cartographies des lignes de bus ou des lampadaires municipaux. Un mouvement se développe autour de la réutilisation de ces données : des acteurs militent pour une appropriation citoyenne.


Depuis décembre 2011, avec Data.gouv.fr, la France a désormais un portail destiné à "rassembler et mettre à disposition librement les informations publiques de l’Etat, de ses établissements publics administratifs et, si elles le souhaitent, des collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d’une mission de service public", sous licence libre. Une mission publique, placée sous l’autorité du Premier ministre, est chargée de développer ce projet : Etalab. Le 17 mai, Jean-Marc Ayrault a officiellement inscrit l’open data Open data ou mouvement d’ouverture des données comme principe gouvernemental dans la charte déontologique adressée à ses ministres.

Le mouvement de l’open data - au départ plutôt cantonné aux milieux des geeks, des informaticiens et des juristes accrocs de la loi "Informatiques et libertés" [1] - connaît une explosion depuis fin 2010. L’association Association Définition Libertic et la Fondation Fondation Définition internet nouvelle génération (FING) font partie des acteurs importants et en pointe sur le sujet.

Libertic publie une carte interactive et participative de l’Open data au quotidien

Libertic est une association nantaise qui a fait de l’ouverture des données son cheval de bataille. Elle s’est donné pour objectif de rendre le sujet lisible et compréhensible à un public élargi :

Pour Claire Gallon, Déléguée générale, "cette démarche concerne tous les citoyens et notamment les acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
) : elle peut venir en support de leur action pour mobiliser, communiquer et également valoriser leurs activités"
. Libertic organise des formations, des réunions thématiques ou de l’accompagnement pour sensibiliser à l’e-démocratie et accompagner sur les territoires le développement et l’utilisation d’applications numériques d’intérêt général. "L’ouverture des données publiques, enjeux et opportunités pour les acteurs de l’ESS" est un thème de formation que Claire aime animer. L’association a également initié le collectif Les collecteurs nantais, qui utilisent les outils numériques et réseaux sociaux comme supports de mobilisation pour des actions solidaires.

Devenue un acteur incontournable sur le sujet, l’association est présente dans de nombreuses manifestations. Lors de la semaine de l’Open data, organisée en mai dernier, Claire Gallon a présenté un état des lieux complet de l’Open data en France. Dernière initiative en date : en juillet dernier, l’association a mis à disposition une carte de France de l’Open data. Participative, elle ouvre à tous les internautes la possibilité d’enrichir cette carte, en publiant des initiatives, privées ou publiques.

Claire Gallon était invitée, le 14 juillet 2012, de l’émission Antibuzz, sur France inter :


La FING inscrit l’Open data au cœur de ses programmes

Think tank sur les transformations numériques, la FING regroupe des grandes entreprises, des laboratoires de recherche, des collectivités locales, des administrations, des associations... L’ouverture des données publiques est aujourd’hui au cœur de ses réflexions. Le projet national "Open data – appropriation par le plus grand nombre" a pour vocation de favoriser, voire banaliser, l’ouverture des données, de faire émerger en plus des outils et des plateformes de nouvelles données, et de développer leur usage auprès du plus grand nombre. Le programme "innovations démocraTIC", déployé sur quatre territoires franciliens (Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val de Marne et l’Essonne), s’articule autour de trois grands axes (démocratie locale, numérique et innovation d’usage) et s’adresse à tous les acteurs (citoyens, associations, conseils de quartiers, élus, agents…).

En février dernier, la FING a présenté son analyse prospective "Cahiers d’enjeux – questions numériques 2012-2013" avec un scénario à la Big Brother : "Rendez-moi mes données !"… ou comment le partage des données poussé à son paroxysme appelle finalement chacun à s’interroger sur les informations qu’il partage, celles qui sont diffusées par les structures publiques, privées, associatives, et à les utiliser pour réaffirmer sa place de citoyen !


[1Loi du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public et diverses dispositions d’ordre administratif, social et fiscal.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.