Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > L’édito > La transition énergétique c’est nous !

La transition énergétique c’est nous !

Impression ForumPublié le 16 septembre 2015 

Edito Septembre d’Hugues Sibille, Président du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement

Les citoyens n’ont pas attendu que les Etats se réunissent autour de la prochaine COP21 pour prendre l’initiative de répondre aux enjeux climatiques. En France, la mobilisation prend de nombreuses formes. Les rassemblements citoyens comme Alternatiba ou le Collectif pour une transition citoyenne démontrent par l’éducation populaire que des alternatives existent dans tous les domaines : transport, alimentation, énergie, habitat, finance… Un peu partout, des citoyens lancent des projets entrepreneuriaux coopératifs de maîtrise ou de production d’énergie, souvent en lien avec les collectivités locales.

Ces projets, ancrés dans les territoires, vont au-delà de la seule plus-value écologique. De consommateur passif, le citoyen devient acteur de la transition énergétique. Sensibilisé et formé, il s’implique dans la sobriété énergétique, la réduction de sa consommation. Partie prenante d’un projet collectif, il développe des solidarités de proximité et donne chair au « mieux vivre ensemble ». Tous ces projets n’ayant pas comme finalité de maximiser la distribution de bénéfices, ils consolident l’emploi en faisant travailler les entreprises locales. Les investissements restent sur le territoire et deviennent un levier du développement économique local. (voir l’infographie sur le sujet).

Cette forme de transition énergétique citoyenne permet au citoyen de se réapproprier et de s’approprier la question énergétique, enjeu majeur du 21ème siècle. Mais aussi d’agir sur la transformation du modèle socio-économique qu’elle impose, dans le sens de davantage de démocratie économique. Et c’est bien à ce niveau que l’Economie sociale et solidaire (ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
) a un rôle essentiel à jouer.

Pour soutenir le développement de ces initiatives pionnières, le Labo de l’ESS a constitué un groupe d’experts qui a élaboré huit propositions mises maintenant en débat auprès des citoyens et des décideurs économiques et politiques. Le Labo lance également une campagne sur les réseaux sociaux, à l’aide d’un site internet innovant pour donner du pouvoir aux citoyens  : le citizentweet. Participez !

Pour faire changer d’échelle les initiatives citoyennes, le Labo de l’ESS préconise dans un rapport d’en faire une des priorités des politiques publiques en matière d’énergie, avec une série de mesures réglementaires, fiscales, financières et d’accompagnement. Il propose de faire passer à 15 % la part des projets citoyens dans la production d’électricité verte à l’horizon 2030.

Ces objectifs ambitieux sont accessibles, à condition que chacun y contribue. Les décideurs économiques et politiques bien sûr, mais pas seulement. Les structures et réseaux de l’ESS doivent s’en saisir et devenir moteurs d’une autre transition énergétique. Enfin nous citoyens, nous devons prendre notre part de responsabilité, contribuer par à notre échelle, car la transition énergétique, c’est nous !

Commentaires

  • "La transition énergétique c’est nous", vaste question....
    Si cette affirmation est portée haut et fort depuis quelques temps par les éco-gestes, l’éco-citoyennisme et consoeurs, cela conforte l’idée que le changement climatique n’est qu’une question de consommation, d’investissement, etc. En fait, je dirais que le changement climatique n’est pas une question d’environnement, de nouvelles technologies adaptées, mais uniquement une question de fonctionnement économique.
    Je trouve cela bien pratique de pouvoir rejeter la faute sur le quidam alors que le fonctionnement économique n’est pas bénéficiaire à tout le monde, loin s’en faut. Non seulement, on culpabilise les gens mais en plus cela couvre le fonctionnement économique qui brime, tue, tous les jours ses ouailles ! C’est une double peine.

    Et ce n’est pas le colibri qui viendra sauver la planète quand on consomme comme un bon "eco-citoyen" et qu’à côté on consacre 8h par jour de sa vie à faire avancer la machine économique qui elle n’en a rien à faire de notre environnement, sauf s’il est annonciateur de nouveaux marchés.

    Je n’ai pas de solutions, puisque c’est toujours la question qu’on me pose, mais au moins je n’entretiens pas la confusion !

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre