Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > Le Château de Goutelas : lieu de rencontre et de création partagée

Le Château de Goutelas : lieu de rencontre et de création partagée

Impression ForumPublié le 6 avril 2017 

Goutelas est un centre culturel en milieu rural porté par trois associations. Depuis sa réhabilitation dans les années 60, le château situé en Pays d’Astrée, en Auvergne-Rhône-Alpes, construit une histoire d’ouverture vers la région et vers ceux qui y habitent, à travers deux axes : accueil et création. Des représentants de toutes disciplines et de tous horizons sont invités à se croiser et à co-construire autour du patrimoine, du territoire et de la rencontre autour des savoir-faire.

Lieu réhabilité dans les années 60 par un groupe de personnes de différents âges, genres et horizons, Goutelas démontre depuis le début de son histoire que le croisement des différences peut être vecteur de rassemblement, d’apprentissage et de création. Labellisé « Centre culturel de rencontre » depuis cinq ans, le projet est porté par trois associations, et se construit autour de deux axes principaux et complémentaires. D’une part, le centre propose l’accueil de stages, séminaires, groupes familiaux, universitaires et artistes pour des événements ponctuels. D’autre part, une activité autour de la création partagée et de la médiation culturelle, qui rassemble chaque année artistes et habitants autour de projets communs construits en lien avec le territoire.

Un projet profondément ancré dans le territoire

Une des préoccupations fondamentales pour ceux qui portent le projet Goutelas est d’ouvrir les portes du château au territoire et à la population de la région : 105 000 habitants et plus de 80 communes. Marie-Claude Mioche, présidente du centre culturel, explique qu’un château peut être vu comme une propriété figée, fermée et élitiste, et la vocation du centre culturel est justement de déconstruire ces a priori. Goutelas montre qu’il est possible à partir du patrimoine de créer de la vie, du rapprochement et du lien social.

Cette ouverture se fait de manière matérielle : « les portails sont toujours ouverts » ; mais aussi par la vocation d’accueil aux différents événements et aussi par des partenariats avec des associations et écoles du territoire qui peuvent mettre en place leurs événements dans le centre culturel. C’est aussi et surtout une ouverture d’esprit : pour des raisons d’espace, une grande partie des ateliers du centre se passent ailleurs, dans les communes, dans les paysages naturels et industriels de la région et dans le quotidien des participants.

A travers la création artistique et l’éducation populaire, Goutelas propose aux habitants de la région de se questionner sur ce qui les entoure. Le projet « Les chemins en scène et en musique du Pays d’Astrée » propose chaque année une thématique pour permettre aux habitants de la région de se connecter à des sujets de leur vie et de leur territoire. La première année a mis en lumière les contrastes entre les paysages qui traduisent l’image du territoire. L’année suivante, la création s’est intéressée au quotidien des participants à travers la prise de photos de leur quotidien et la projection de ces images sur des bâtiments abandonnés, de manière à les revisiter. En 2017, la création qui est en cours questionne une problématique actuelle du territoire, confronté à un manque de transport : c’est une façon d’interroger l’ouverture du territoire et ses connexions.

Les droits culturels mis en œuvre par la rencontre et par la co-construction

À travers des résidences artistiques et des projets comme « Les chemins en scène et en musique du Pays d’Astrée », Goutelas propose des occasions de création partagée entre artistes, professionnels, amateurs, jeunes et moins jeunes. L’idée est de montrer aux habitants, même s’ils ne sont pas des artistes, leur capacité créative en côtoyant les artistes locaux et internationaux, en associant les expertises de création aux savoir-faire propres de chacun. Le projet NORA qui vient d’être mis en place par les centres culturels de rencontre démontre aussi cette envie de croisement. Il repose sur la résidence d’artistes immigrés et cette ouverture vers l’autre est comprise comme un outil contre la formation de ghettos.
Ma programmation culturelle du centre est éclectique : musique, arts plastiques, performances théâtrales, paysagisme, photographie et sports. Les manières d’expérimenter sont également plurielles : mapping, fabrication de cabanes, création de costumes, et Marie-Claude Mioche ajoute le développement d’un projet autour des conférences gesticulées.

Les droits culturels à Goutelas sont concrétisés par l’échange et l’apprentissage avec autrui. Le réveil cognitif et sensoriel se fait de manière collective à travers l’exploration des problématiques proches des participants comme le paysage de leur région et leur culture traditionnelle, mais aussi par la découverte de l’autre, de l’étranger, de l’inconnu. C’est ainsi que se construit une véritable expérience collective des droits culturels.

Crédits photos : Eloy Garcia (2), Goutelas (1, 3 et 4) - Merci !

Commentaires

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre