Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > Le Zeybu solidaire : coopérer et mutualiser à l’échelle d’un quartier

Le Zeybu solidaire : coopérer et mutualiser à l’échelle d’un quartier

Impression ForumPublié le 24 juillet 2012 

Des habitants du quartier des Maisons neuves, à Eybens, dans l’agglomération grenobloise, ont créé une association Association Définition où le lien social et la solidarité se vivent au quotidien. Un bel exemple de circuit court !

La fermeture de l’épicerie, dernier commerce de proximité, est le point de départ de l’aventure d’une poignée de citoyens mobilisés au sein du conseil de quartier. Ils décident de construire un projet alternatif pour continuer à faire vivre ce territoire urbain, économiquement et socialement. C’est ainsi qu’est né le Zeybu solidaire.

Cette coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’habitants repose sur quelques principes simples : la mixité et l’équité entre tous les adhérents de l’association Association Définition , la mise en relation de producteurs et de consommateurs locaux, des produits accessibles à tous. La suppression des intermédiaires permet de garder des prix à la fois raisonnables et suffisamment rémunérateurs pour les producteurs. S’ajoute à cela, dans une logique de respect de l’environnement, une volonté de limiter l’impact des transports et d’agir sur la gestion des déchets des produits consommés. La valeur ajoutée à la fois sociale et économique est la part solidaire.

La part solidaire, fondement du système d’échange du Zeybu

Le Zeybu marché a lieu deux mardis par mois, avec une distribution reposant sur le bénévolat. Les adhérents de l’association commandent à l’avance au local de l’association ou sur Internet – via le Zeybux, un logiciel développé en interne par un jeune Zeybulien - les produits qu’ils souhaitent acheter aux producteurs locaux. Le jour du marché, ils récupèrent leurs produits commandés. Chaque adhérent possède un compte qu’il crédite à l’avance : il n’y a donc pas d’échange matériel d’argent le jour de la distribution.

En complément des produits commandés, les producteurs font un don solidaire en nature. Ces produits issus du don des producteurs sont achetés par les adhérents qui le souhaitent, en surcroit de leur commande. Ces achats sont convertis en monnaie solidaire. En fin de marché, le Zeybu crédite cette somme sur le compte de l’association EAU (Eybens Accueil Urgence) qui est membre de la banque alimentaire et gère l’aide alimentaire sur la commune d’Eybens. EAU reventile entièrement la monnaie Zeybu Solidaire en créditant les comptes des adhérents relevant de l’aide alimentaire, en garantissant l’anonymat des bénéficiaires. Ces personnes en difficulté peuvent ainsi accéder aux produits du Zeybu Marché comme n’importe quel autre adhérent et participer à la vie de l’association sans être stigmatisés.

Solidarité locale et liens sociaux

L’association compte aujourd’hui environ 360 adhérents qui règlent une cotisation annuelle de 5 euros par personne ou 10 euros par famille. Autour du marché solidaire se développent des animations, comme les ateliers du "faire ensemble" autour de la cuisine, la fabrication de pain (Zeybu fournil) ou d’un Zeybu four solaire avec les enfants. Des événements festifs sont organisés : des ateliers crêpes et pizzas, un goûter offert à tous les enfants du quartier, le Zeybu marché de Noël, les soirées Zeybu jeux, la Zeybu fête de la musique (en juin 2012)…

Le projet du Zeybu a fait partie des lauréats du village de l’innovation sociale, aux Etats généraux de l’ESS en juin 2011. En plus d’être soutenu par la mairie d’Eybens, le Conseil Régional Rhône-Alpes et la communauté d’agglomération, il est très suivi par des chercheurs qui s’interessent à la mise en pratique de solidarités de proximité autour de la création de monnaie locales. C’est ainsi que des liens étroits ont été établis avec l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble, autour de Danièle Demoustier, socio-économiste et auteur de plusieurs publications sur l’économie sociale et solidaire.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.