Le Labo de l’ESS, association reconnue d’intérêt général, est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > Les tribunes du Labo > Les coops sont sexy !

Les coops sont sexy !

Impression ForumPublié le 27 mai 2015 

Caroline Naett, Secrétaire Général de Coop FR, encourage dans cette tribune à capitaliser sur le potentiel de séduction des coopératives auprès des jeunes entrepreneurs.

Ce message, décliné avec trois autres messages positifs et dynamiques (« J’aime ma coop », « Coop is beautiful », « I am a coop member ») imprimés sur les sacs crées par Coop FR pour remplacer les traditionnelles pochettes à documents diffusés à l’occasion de conférences, démontre la fierté et l’envie des coopératives de s’afficher et affirmer leurs valeurs. La campagne a été saluée par la Présidente de l’Alliance Coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. Internationale, Lady Pauline Green. Avec son humour britannique elle a souligné devant les coopérateurs européens réunis à Paris en Assemblée générale qu’il n’y a qu’en France que l’on ose de telles initiatives et a promis d’exhiber son sac « sexy » dans les rues de Londres.

Au delà de l’anecdote, Lady Pauline Green a encouragé les coopératives européennes à suivre cet exemple et insisté sur la nécessité de communiquer et de ne pas craindre de nous montrer et de nous afficher.

Cette préoccupation est présente en France aussi. A l’heure où l’entreprendre autrement est de plus en plus largement plébiscité, les coopératives doivent mettre en avant tout le potentiel de leur modèle et savoir s’adresser à ce nouveau public de jeunes et d’entrepreneurs, notamment. Nous devons faire connaître une entreprise qui peut avoir un objet « classique » de production de biens ou de services au bénéfice de ses adhérents, mais se soumet à un mode de fonctionnement fondamentalement distinct de celui de l’entreprise commerciale : la coopérative.

L’esprit coopératif ne se définit pas par rapport à un objet, mais par la volonté d’entreprendre autrement, de mener un projet collectif au service des membres de la coopérative. Le projet coopératif est économique ET social. Le souci de la communauté et de son environnement fait partie intégrante de son identité (7eme principe coopératif) mais la coopérative sert avant tout ses membres, en leur fournissant ou leur achetant produits ou services au plus juste prix, contribuant ainsi à améliorer leur condition économique. Ce lien économique est présent dans toutes les coopératives. On l’imagine facilement pour les coopératives de consommateurs ou les coopératives agricoles, il est présent aussi dans les Scop SCOP Société coopérative et participative , qui donnent aux salariés la propriété de leur outil de travail, ou dans les coopératives d’entreprises qui permettent aux commerçants ou aux artisans de maintenir leur indépendance tout en profitant des bénéfices d’achats groupés ou de services communs.

La coopérative est une boite à outil, un statut qui se décline dans tous les secteurs d’activités. Nous nous heurtons souvent à la difficulté d’expliquer que banque, magasin de production, groupe de distribution de titres de restauration, hypermaché, producteur de fruit, marques bien connues de produits alimentaires, petite structure locale et groupe à dimension internationale partagent tous le même modèle et les mêmes règles. Et ces règles sont contraignantes.

Si l’objet de la coopérative n’est pas limité, les règles et principes de fonctionnement auxquels elle se soumet sont stricts, à commencer par la gestion démocratique et l’affectation des résultats au service du projet de la coopérative et de ses membres. Ces règles et principes de fonctionnement ne relèvent pas d’une démarche volontaire à laquelle on se soumet plus ou moins partiellement, ils sont obligatoire et strictement encadrée par la loi. Entreprendre en coopérative est un choix et un engagement, quel que soit le secteur d’activité et quelle que soit la taille du projet. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise coopérative.

Aujourd’hui nous devons savoir expliquer ce modèle et faire valoir ses atouts. Plus complexe, plus contraignant que d’autres modèles d’entreprise de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, il offre aussi plus de garanties de pérennité du projet des fondateurs en limitant le risque spéculatif ou d’appropriation individuelle, et s’inscrit dans un mouvement à l’origine de nombreux progrès sociaux et économiques dont nous pouvons être fiers. La révision coopérative, procédure de contrôle de la conformité du projet coopératif, qui va s’appliquer à toutes les coopératives doit apporter ou outil supplémentaire de valorisation des coopératives et être à l’avant-garde de l’ESS en matière d’outil de preuve et de mesure de notre spécificité.

Alors n’ayons pas peur de le dire, les coopératives sont belles et sexy !

Caroline Naett

Secrétaire Générale de Coop FR, organisation représentative du mouvement coopératif français.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre