Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Loi Pacte : Quelle place pour les entreprises de l’ESS ?

Loi Pacte : Quelle place pour les entreprises de l’ESS ?

Impression ForumPublié le 20 avril 2018 

Dans un article publié le 19 avril 2018 sur son site, Chef d’entreprise Magazine s’interroge sur la loi Pacte Loi Pacte Le plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) vise à lever les obstacles à la croissance des entreprises, à toutes les étapes de leur développement : de leur création jusqu’à leur transmission, en passant par leur financement qui devrait donner la possibilité, pour les entreprises, "de se doter d’une raison d’être Raison d'être La raison d’être d’une entreprise désigne la façon dont elle entend jouer un rôle dans la société au-delà de sa seule activité économique. En France, elle a notamment été définie par Jean-Dominique Senard dans le cadre de son travail mandaté par le gouvernement français sur l’objet social des entreprises : « La raison d’être permet de joindre le passé au présent ; c’est l’ADN de l’entreprise. Elle n’a pas de signification économique, mais relève plutôt de la vision et du sens ».

Source : wikipédia
à vocation sociale et environnementale." Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. , donne son avis dans l’article.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de Chef d’Entreprise.

Face à la loi Pacte Loi Pacte Le plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) vise à lever les obstacles à la croissance des entreprises, à toutes les étapes de leur développement : de leur création jusqu’à leur transmission, en passant par leur financement qui devrait être prochainement présentée par le gouvernement, le magazine Chef d’Entreprise interroge les acteurs de l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. "sur le devenir et le rôle des entreprises, coopératives, associations et mutuelles de l’économie sociale et solidaire. Le modèle de ces entreprises serait-il menacé de dilution ou, au contraire, aurait-il infusé l’économie ?"

"Aujourd’hui, je ne peux pas être contre ce pourquoi je me suis battu durant 25 ans. On est dans une pollinisation de nos valeurs. Mais il faut veiller à ne pas diluer la raison d’être Raison d'être La raison d’être d’une entreprise désigne la façon dont elle entend jouer un rôle dans la société au-delà de sa seule activité économique. En France, elle a notamment été définie par Jean-Dominique Senard dans le cadre de son travail mandaté par le gouvernement français sur l’objet social des entreprises : « La raison d’être permet de joindre le passé au présent ; c’est l’ADN de l’entreprise. Elle n’a pas de signification économique, mais relève plutôt de la vision et du sens ».

Source : wikipédia
de nos entreprises"
explique Hugues Sibille, qui voit dans cette évolution une "forme d’influence des coopératives" à la différence que ces derniéres "tirent leur légitimité des salariés eux-même".

Au niveau de l’accélérateur d’innovation sociale French Impact, là encore, les acteurs de l’ESS se questionnent. Pour Hugues Sibille, "l’idée de faire changer d’échelle les entreprises du secteur est une bonne chose mais cette idée d’accélérateur ne doit pas se limiter aux start-up, mais à l’ensemble des entreprises."

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de Chef d’Entreprise.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre