Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > Présentation > L’histoire du Labo de l’ESS > Pour une autre économie > Changer la gouvernance des entreprises > Organiser une gouvernance multi-parties prenantes au sein des (...)

Organiser une gouvernance multi-parties prenantes au sein des entreprises

Impression ForumPublié le 28 novembre 2011 

Au-delà de la partie prenante majeure « salariés », se pose la question d’identifier et associer au mieux les autres parties prenantes (consommateurs, collectivités, associations écologistes, fournisseurs…). La construction de l’intérêt collectif de l’entreprise doit en effet de plus en plus passer par la bonne articulation et résolution d’une pluralité d’intérêts, parfois divergents.


Il ne peut exister de méthode unique pour y parvenir. De l’organisation de réunions de concertation à la présence d’administrateurs représentant les différentes parties prenantes, en passant par la mise en place de « délégués environnementaux », le spectre d’approches est large et pluriel. Chacune des approches étant plus ou moins adaptée et pertinente, en fonction du secteur d’activité, de la taille de l’entreprise ou de son territoire.

Deux approches, inspirées de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, nous paraissent notamment à approfondir. D’une part, il s’agit de développer des instances de dialogue et de concertation des parties prenantes au niveau territorial. De par son ancrage territorial, l’ESS pourrait avoir un rôle moteur sur cette structuration du dialogue des parties prenantes. A compléter à partir des travaux du Forum Citoyen pour la RSE RSE Responsabilité sociale des entreprises . D’autre part, instaurer une représentation des différentes parties prenantes au sein du conseil d’administration de l’entreprise, en s’inspirant par exemple des Scic SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif .

La Scic constitue une indéniable innovation économique et sociale. Les projets sous forme de Scic se caractérisent souvent par une vraie capacité à faire coopérer sur les territoires une pluralité d’acteurs publics et privés. Et l’utilisation de la Scic comme outil « d’économie mixte » pour la gestion de services publics locaux constitue une voie émergente prometteuse, à approfondir.

En tout état de cause, l’instauration d’une représentation des différentes parties prenantes au sein du conseil d’administration de l’entreprise (versus une nationalisation pure et simple), peut contribuer à rapprocher démocratiquement l’intérêt de l’entreprise de celui de la société.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre