Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > L’édito > Quel peuple d’acteurs voulons nous être ?

Quel peuple d’acteurs voulons nous être ?

Impression ForumPublié le 11 octobre 2017 

La rentrée donne matière à réactions sur les politiques publiques relatives à l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. . L’automne y souffle le chaud (nomination d’un Haut Commissaire) et le froid (arrêt des emplois aidés, menaces budgétaires sur les DLA DLA Dispositif Local d’Accompagnement (DLA) ). Et si l’on regardait cette actualité autrement, à partir d’une question posée par Patrick Viveret, notre administrateur inspirant ? Plutôt que commenter tel mot du Président, telle annonce de ministre, interrogeons-nous sur ce que nous voulons être ou ne pas être, peuple responsable in fine de la démocratie. Inversons la pyramide. Je tente subjectivement cet exercice en l’appliquant à l’ESS : à quel peuple d’acteurs ESS ai-je envie d’appartenir ?

Je n’appartiendrai pas à un peuple d’acteurs ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. qui attendrait tout de l’État. Nous avons (enfin !) un Haut Commissaire à l’ESS. Tant mieux. Mais il ne fera pas à lui seul changer d’échelle l’ESS. D’autant moins s’il est isolé au sein d’un Gouvernement qui n’a pas pour l’instant donné de signe d’intérêt à l’ESS. Le Haut Commissaire aura besoin de la société civile pour réussir. Donc de nous. Or nous sommes un peuple dispersé, fractionné. Nous ne faisons pas Mouvement. Exemple : l’ESS n’a pas su apporter de réponse collective à l’arrêt annoncé des emplois aidés. Pourtant cette annonce jetait une forme d’opprobre générale sur notre concept essentiel d’utilité sociale ! Alternatives Économiques organise avec le soutien du Labo de l’ESS fin Novembre à Dijon les 2emes journées de « l’économie autrement ». Bravo ! Il faudrait pouvoir aller plus loin : pourquoi ne pas refaire des États Généraux de l’ESS préparés sur chaque territoire ?

Je n’appartiendrai pas à un peuple d’acteurs ESS enfermé dans son périmètre statutaire. J’appartiens à une économie sociale sans rivage qui entend polliniser le reste de l’économie et co-construire autour d’elle des alliances d’intérêt général Intérêt général La formule intérêt général désigne la finalité d’actions ou d’institutions censées intéresser et servir une population considérée dans son ensemble.

Source : Wikipedia
. Revisitons l’intérêt général. C’est pourquoi les dynamiques nouvelles qu’incarnent les Pôles territoriaux de coopération Coopération Acteurs qui ont des intérêts similaires qu’ils planifient ensemble, où ils négocient leurs rôles mutuels et partagent des ressources pour atteindre un objectif commun tout en maintenant leur identité ou les Coopératives d’intérêt collectif Intérêt collectif Littéralement, il s’agit bien de l’ensemble des avantages ou des bénéfices dont peut profiter une collectivité spécifique. Il ne faut donc pas le confondre avec l’intérêt général qui vise le plus grand nombre. Par exemple, dans la dénomination des SCIC, le terme d’intérêt collectif désigne les différents collèges qui composent leur sociétariat et non l’utilité sociale qu’elles se sont donnée.

Source :CNCRESS
m’intéressent vivement. Là s’invente l’intérêt général de demain, davantage que dans l’idée de "capitalisme d’intérêt général". La finalité du capitalisme reste le profit redistribué. Pas l’intérêt général. Je croirai au capitalisme d’intérêt général lorsque le pouvoir et les résultats seront partagés dans l’entreprise entre les actionnaires, les salariés et les autres parties prenantes.

Je n’appartiendrai pas à un peuple d’acteurs ESS qui brandirait l’insoumission sans chercher à inventer les mondes de demain, sans les expérimenter aujourd’hui, sans en assumer les contraintes économiques. Le peuple d’acteurs ESS qui m’inspire avance sur une difficile ligne de crête qui tient en équilibre modèle économique et transformation sociétale. Pas sur une rhétorique du refus. C’est ce qu’essaient de faire des territoires expérimentaux comme les Territoires à énergie positive ou les Territoires Zéro chômeur de longue durée. De ce point de vue, je n’ai pas bien perçu où Nicolas Hulot situe sa Transition Écologique ET solidaire. Pourquoi ne pas s’inspirer des PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. pour labelliser des Territoires de Transition Écologique et solidaire ? Figeac, Loos en Gohelle et d’autres montrent une voie. Elle est praticable.

Et vous, qui vous intéressez aux travaux du Labo de l’ESS, à quel peuple d’acteurs avez-vous envie d’appartenir ? Comment voulez-vous faire émerger un Mouvement ESS, pluriel certes, mais capable d’entraîner et de peser sur les choix ?

A vous la parole !

Hugues Sibille
Président du Labo de l’ESS

Commentaires

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre