Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos publications > Etudes > Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire

Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire

Impression ForumPublié le 15 février 2018 

Les entreprises culturelles sont entrées dans une période de transition profonde. Celle-ci tient autant à la raréfaction des financements publics qu’à l’évolution des missions d’un certain nombre de ces acteurs culturels, liées notamment à l’aggravation des fractures sociales et territoriales ainsi qu’à la mise en œuvre des droits culturels. A ces nouveaux enjeux, les acteurs, les expériences et les méthodes de l’économie sociale et solidaire (ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. ) peuvent apporter des réponses concrètes. Encore faudrait-il que les mondes de la culture et de l’ESS ne soient pas si éloignés…

Accéder à l’étude Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire...

Alors que le poids de la culture est important au sein de l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. (les structures culturelles représentent 15 à 17% des entreprises de l’ESS), les formes d’organisation sociales et solidaires innovantes y sont très peu nombreuses (Groupements d’employeurs, Coopératives d’activité et d’emploi, Pôles territoriaux de coopération Coopération Acteurs qui ont des intérêts similaires qu’ils planifient ensemble, où ils négocient leurs rôles mutuels et partagent des ressources pour atteindre un objectif commun tout en maintenant leur identité économique…) et inversement le domaine des entreprises culturelles est peu connu dans le monde de l’ESS.

« L’ESS n’est pas le remède miracle, le substitut, encore moins l’alibi à la réduction des efforts publics. Au contraire, entre le « tout public » et le « tout marchand », elle offre une troisième voie qui garantit la primauté des valeurs d’intérêt général Intérêt général La formule intérêt général désigne la finalité d’actions ou d’institutions censées intéresser et servir une population considérée dans son ensemble.

Source : Wikipedia
, de démocratie, de non lucrativité dans une nouvelle logique entrepreneuriale. »
(p.15 du rapport)

Que préconise le rapport ?

Le rapport identifie trois voies de progrès essentiels :

  • La coopération entre les acteurs culturels, qui doit être encouragée par les pouvoirs publics contre la logique de segmentation par discipline et fonction,
  • Le renforcement des capacités entrepreneuriales des acteurs culturels à travers la formation, l’accompagnement et la diversification de leurs activités, sans que cela ne compromette ni l’exigence artistique ni l’utilité culturelle et sociale de leurs projets,
  • L’amélioration de la (re)connaissance de l’ESS au sein du secteur culturel, grâce à l’information, le recueil et la diffusion d’expériences et d’outils, notamment au niveau régional.

Trois efforts complémentaires sont également évoqués : améliorer l’évaluation de l’utilité sociale des projets culturels, élargir la diffusion et internationaliser les échanges, et enfin, adapter les outils de financement privés aux spécificités de la production culturelle.

***

Cette étude a été réalisée de juin à décembre 2017 par Bernard Latarjet Conseils en partenariat avec le Labo de l’ESS grâce au soutien de la Fondation Fondation "La fondation est l’acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l’affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif." Crédit Coopératif.

Bernard Latarjet est conseiller culturel. Il a notamment été délégué général de la Cinémathèque française, membre du cabinet de Jack Lang, président du parc et de la grande Halle de la Villette et directeur de l’association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". Marseille- Provence 2013 Capitale européenne de la culture.

Lire l’étude Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire...

Accéder à l’intégralité du communiqué de presse de cette publication...

Les liens entre culture et ESS ont fait également l’objet de notre programme ProspectivESS en 2017, coordonné par Bernard Latajet : en sont issues les publications Culture et ESS et Transitions culturelles.
Deux dossiers Focus sont parus dans ce cadre : Culture et ESS : les droits culturels et Culture et ESS : coopérer dans la culture.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre