Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > Terre de liens, concilier citoyenneté et agriculture

Terre de liens, concilier citoyenneté et agriculture

Impression ForumPublié le 29 juin 2015 

Terre de liens est un mouvement pour une agriculture à taille humaine, respectueuse de l’environnement et créatrice de lien social sur le très long terme.

Ses acteurs luttent ensemble contre la raréfaction des terres agricoles, la spéculation et la disparation progressive des fermes (200 fermes disparaitraient chaque semaine sous la pression des grandes exploitations agricoles et de l’urbanisation). Ils se retrouvent sur la volonté de protéger les terres et de favoriser une agriculture paysanne, biologique ou biodynamique.

Pour les près de 17 000 membres de ce mouvement (fermiers, adhérents, actionnaires, donateurs, bénévoles, …), les terres agricoles doivent retrouver une utilité sociale et économique en générant des dynamiques humaines et du lien social. Une organisation à taille humaine et localisée de l’agriculture peut permettre d’y parvenir. Les circuits courts Circuits Courts Définition du concept de circuits courts créent par exemple un lien de confiance direct entre consommateurs et paysans.

In fine, il s’agit de considérer la terre comme un bien commun dont il convient de prendre soin en favorisant la biodiversité, le lien social et l’écologie afin que chacun puisse profiter de ses richesses.

Un fonctionnement pensé pour le long terme.

Pour atteindre cet objectif, les acteurs de Terre de liens se sont regroupés au sein d’un réseau associatif de fermiers locataires de terrains et fermes détenus par une société foncière d’économie sociale et solidaire. Cette dernière reçoit, achète et gère des biens immobiliers dans l’optique de réduire les difficultés d’accès au foncier agricole. Elle collecte l’épargne de particuliers afin que les citoyens soient les premiers apporteurs de capitaux. Terre de liens souhaite ainsi leur permettre de participer à une transition citoyenne vers une agriculture vectrice de lien social et respectueuse de l’environnement.

Les fermiers choisis après étude de leur projet accèdent à la location et bénéficient d’un accompagnement par le réseau. L’objectif principal de la foncière est de permettre au mouvement de rester propriétaire des biens même en cas cessation de l’activité d’un fermier. Ainsi, Terre de liens s’assure de la pérennité des projets et de la disponibilité des terres.

Ce dispositif constitué de 19 associations territoriales, d’une association Association Définition nationale et d’une foncière, est complété par l’existence d’une fondation Fondation Définition reconnue d’utilité publique qui permet au mouvement de recevoir des legs et donations financières ou immobilières. Terre de liens compte aujourd’hui une association par région, près de 110 fermes (soit 2 485 hectares) gérées en agriculture paysanne, biologique ou biodynamique, 41 millions d’euros de capital détenus par des citoyens.

Maraîchage, arboriculture, élevage bovin et porcin, production laitière et fromagère, apiculture, céréales et viticulture : ne sont que des exemples d’activités qui bénéficient aujourd’hui de cette agriculture vertueuse et citoyenne promue par Terre de liens.

Consommer ces produits, c’est participer à la promotion d’une agriculture respectueuse de l’Homme, de l’environnement, vectrice de lien social. C’est également participer à la transition citoyenne !

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.