Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > « Trop de souffrance, pas assez d’espoir ? » N’ignorez pas la voie de (...)

« Trop de souffrance, pas assez d’espoir ? » N’ignorez pas la voie de l’Economie Sociale et Solidaire !

Impression ForumPublié le 24 avril 2014 

Le 16 avril dernier, le Conseil du LABO de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
a préparé une adresse au gouvernement pour attirer son attention sur les voies ouvertes par les initiatives de l’ESS qui devraient être au cœur du Pacte de Responsabilité comme du Pacte de Solidarité.

Les Français traversent une de ces crises profondes de doute et d’indignation comme ils en ont connu d’autres dans leur histoire. Celles-ci ont été surmontées de manière moins éprouvante lorsque les institutions se sont appuyées sur la force de ces indignations et la vigueur de l’engagement civique.
Cet engagement des citoyens se manifeste aujourd’hui particulièrement au travers d’initiatives d’acteurs de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, qui se multiplient sur nos territoires. Elles sont au cœur des résistances et apportent une valeur ajoutée aux projets de développement économique et social. Des cités fragiles, des "pays ruraux" abandonnés ne sombrent pas et se projettent ainsi dans l’avenir ; des femmes et des hommes en manque d’emploi, de logement, de soins, de considération, se reconstruisent, gardent espoir grâce à la richesse d’initiatives, à l’esprit d’entreprise et à l’engagement collectif des citoyens qui les portent.
Les institutions, de leur côté, lancent quelques signes encourageants mais ponctuels, qu’il est indispensable de transformer en une politique ferme, globale et de longue durée. Les acteurs de l’ESS veulent y contribuer.

Le Président de la République propose un Pacte de Solidarité en lien avec le Pacte de Responsabilité. Le nouveau gouvernement comprend une Secrétaire d’État chargée du commerce, de l’artisanat et de l’ESS, auprès du Ministre de l’Économie.
Mais ces premiers pas se font dans un contexte de coupures budgétaires cumulées au niveau national et local qui menace la vie des associations et fragilise nos petites entreprises. L’état du pays exige une volonté politique non au coup par coup mais s’affirmant par une vision d’ensemble soucieuse de la jeunesse porteuse d’avenir, de l’emploi qui est au cœur de nos problèmes, de l’environnement gage de la vie.
L’ESS y contribue au travers d’une politique de proximité et du quotidien, ancrée sur les territoires. Ses modes d’organisation, de collaboration, de mutualisation comme les Pôles Territoriaux de Coopération Economique, les échanges économiques en circuits-courts et l’expansion de l’épargne et de l’investissement solidaires en font de vraies dynamiques de développement local. Elle a ainsi été à l’initiative de nouvelles formes d’économie, collaborative, circulaire et contribue à leur généralisation. Elle pollinise en cela le monde des entreprises classiques et nourrit le monde associatif.
En réponse à cette action de terrain, il est urgent que les pouvoirs publics jouent pleinement leur rôle.
Nous appelons le Parlement à adopter la loi relative à l’ESS dans l’esprit ayant animé la longue concertation qui l’a élaborée et à rédiger rapidement les décrets la rendant effective pour fixer le cadre de son développement. Et s’il s’agit bien d’une politique d’ensemble traversant de nombreuses administrations, nous souhaitons que le Ministre de l’Economie et la Secrétaire d’Etat qui ont l’ESS particulièrement en charge, disposent de moyens administratifs dédiés pour la mettre en œuvre.

Ceci implique l’accompagnement financier des initiatives de l’ESS, en veillant à ce que la BPI BPI Banque Publique d’Investissement France suscite, intègre et finance des projets de plus en plus nombreux en soutenant la créativité de jeunes, de seniors, d’entrepreneurs peu avertis des procédures et en contribuant à la création sur les territoires d’écosystèmes valorisant l’entraide, la coopération, la participation des citoyens dans des initiatives constructives. Des appels à projets tel celui sur les Pôles Territoriaux de Coopération Économique (PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. ) qui a suscité 180 propositions et sélectionné 23 initiatives, encourageront les innovations sociales.
Ce soutien est étroitement lié à la bonne conduite de la modernisation des pouvoirs publics dont un volet majeur passe par la capacité des territoires à promouvoir et organiser les initiatives d’ESS.

L’appui à l’ESS exige enfin une Europe audacieuse. Il n’y a pas opposition entre la micro-économie de proximité où émerge la force créative des acteurs de l’ESS et une vision macro-économique européenne. Celle-ci doit, au contraire, financer par l’emprunt de grands travaux qui viendront impulser les expérimentations locales les plus innovantes.

Il y a là un immense chantier qui peut contribuer largement à réduire les souffrances et à faire renaître l’espoir.

Pour le Conseil du Labo de l’ESS ,
Le président, Claude ALPHANDERY
Les vice-présidents, Christiane BOUCHART, Christian SAUTTER et Hugues SIBILLE

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.