Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > L’édito > Un REVE, pour empêcher le cauchemar

Un REVE, pour empêcher le cauchemar

Impression ForumPublié le 3 mai 2017 

Notre pays s’avance dans une zone de menaces sérieuses : de régressions affaiblissant l’Etat de droit, de tensions débouchant sur des violences civiles, d’effondrements économiques. Le dire, c’est lucidité et non goût des dramatisations. Il y a un an je signais un édito "crise morale ?" avec un point d’interrogation.

Les présidentielles, dans leur préparation et leurs résultats, incarnent politiquement cette crise morale à mèche lente. Notre société exacerbe à l’excès ses divisions, s’énerve comme lorsque un lourd orage tourne au-dessus de la maison. Notre premier devoir est le calme, la clarté, la détermination.
Oui, des responsabilités générationnelles existent. Celle de dirigeants politiques, économiques, sociaux, intellectuels qui ont accepté le chômage de masse, refusé de voir se creuser les fractures territoriales, érigé l’argent en totem. Résultat : 45 % de défiance radicalisée, une France coupée en deux, comparable à l’Angleterre du Brexit ! Mais, non, ce n’est pas une raison pour tout mélanger et jouer la démocratie à la roulette russe.
Balayons devant notre porte. L’économie sociale et solidaire a sa part de responsabilité. Nous n’avons pas réussi à nous rassembler pour gagner la bataille des idées. Nous n’avons pas fait Mouvement pour embarquer la jeunesse avec nous dans des utopies réalistes, la laissant désespérer. Nous n’avons pas réussi à peser dans les grands choix du pays. Nos solutions sont innovantes mais restent à la marge.

Et maintenant ? Le barrage par la peur des aventures extrêmes n’arrête à l’évidence plus le flot. Ce barrage électoral a existé, sans suites, en 2002, aujourd’hui barrer la « Haine » c’est voter pour Emmanuel Macron sans état d’âme et massivement car renvoyer dos à dos les deux candidats, c’est s’enfoncer dans une confusion éthique. Pour autant, barrer la Haine par les urnes sans modification de nos comportements conduirait au maintien des sentiments d’abandon, aux risques de violences et de troubles ou à une défaite démocratique reportée. Demain il faudra surtout répondre aux causes.

Les solutions d’avenir passent par l’engagement dans des communautés d’action et des alliances d’intérêt général. La responsabilité collective et non la plainte individuelle au café du "Politique Bashing".
Notre responsabilité à nous, acteurs de l’Economie sociale et solidaire, est de proposer à un nouveau gouvernement (s’il est d’essence républicaine et démocratique), un Pacte de Législature, dans lequel nous nous engagerons de manière précise sur des solutions concrètes, dans un partenariat opérationnel avec les pouvoirs publics : multiplication des nouvelles formes d’emplois dans les secteurs économiques d’avenir et les activités d’utilité sociale, lutte contre les fractures territoriales par des initiatives et pôles de coopération territoriale, renouveau de l’éducation populaire en direction de la jeunesse...

Que les futurs dirigeants entendent ceci : nous ne sortirons pas de la crise représentative sans citoyenneté active ni démocratisation de l’économie, sans un nouveau regard sur un social conçu non plus comme une charge, mais comme un investissement d’avenir.
Le Labo pour ce qui le concerne, continuera sa méthode du REVE pour éviter le cauchemar : Résister aux peurs, Expérimenter les solutions donnant du pouvoir au citoyen et de la solidarité active, Voir loin dans un projet apportant sens et espoir à la jeunesse et à notre société qui en manque tant, Évaluer nos résultats avant de généraliser nos expériences.

Hugues Sibille,
Président du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement

Commentaires

  • La France a signé le 20 novembre 1989 puis ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant en 1990. En 2007, il faut la Déclaration des droits culturels de Fribourg (CH) pour qu’émergent les Droits culturels de l’enfant et -allez savoir - qu’une décennie plus tard une convergence voit le jour, celle du Mois de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
    et la trop insignifiante commémoration de cet engagement.
    Quand dans leurs histoires de vie les élèves de l’enseignement élémentaire ont au programme "Connaître sa ville" et que passant au collège il aurait "La découverte professionnelle", nous pouvons avec le même navrant étonnement constater les aussi discrets "Droits ACTIFS et culturels de l’enfant" que la mise hors-champ des "bonnes pratiques" liées à "la mise en culture des territoires avec et par l’ESS.
    Pas usé jusqu’à la corde le constat de Gilles Deleuze "Deux choses peuvent être distinctes, mais non séparables", aussi L’OUvroir de CItoyennetés DYnamiqueS (L’OUCIDYS) met-il en open-source et en tous lieux coopératifs (ICEM, RTES, AFJK, etc...) l’expérimentation des "Carnets de (re)connaissances" et ce depuis la Région Auvergne Rhône-Alpes qui tire bénéfice d’une RELIANCE entre le "RDV du carnet de voyage" (Clermont-Ferrand) et des "Arts du récit en Isère" Grenoble, Musée Dauphinois et " Paroles d’ouvriers" en prime... Demain à Grenoble, "Les arts du récit" ouvrent leur édition 2017 et L’OUCIDYS (dont le siège est drômois et donc dans l’Académie de Grenoble) y fera sa part de Colibris pour que l’ESS retrouve sa mémoire et son aire. C’est à Bourg-les-Valence (26) que l’image prend tout son poids avec L’équipée et Folimage (Trophées de l’ESS 2013). Autant dire que "Carnet de voyage", "Arts du récit", "Silex and city" opus 2 ESS, quelques traverses pour conforter la voie du REVE.
    "Je me souviens" autant de la Communauté de travail BOIMONDAU que des Etats généraux de l’ESS (Avec Ressources Solidaires), que des secondes Assises régionales (en Rhône-Alpes au Zénith de Saint-Etienne) que nationales au CESE, une journée particulière puisque c’était également la Journée mondiale contre la misère avec Martin Hirsch dans le casting des tribuns...
    SVP : "Pas d’émoi de l’ESS en 2017, sans la mobilisation des Droits ACTIFS et culturels de l’enfant" .
    Prologue avec les Journées européennes du patrimoine (16-17 septembre 2017) avec "La paix elle aime " (PLM) une rentrée enfants-phares...
    http://calenda.org/364490
    suivi de
    https://voyageformation.sciencesconf.org
    ....
    NB : "Droits de l’enfant. Droit devant" Actes Sud Juniors - Unicef, ouvrage connu et reconnu par le Réseau des Collectivités "Amis des enfants" de l’Unicef (Valence, Montélimar, Saint-Paul-Trois-Châteaux , Gap, Arles, Nîmes, etc... Autant de lieux où l’ESS gagnerait à briller un peu plus clairement, sinon " Nos enfants nous reprocheront"...
    Solidairement
    Michel-Jean LAVEAUD @JeanJacqueries
    également sur FACEBOOK, LINKEDIN, VIADEO
    senior actif - sociologue praticien chercheur
    chef de projet interrégional RELIANCE 2010 2020
    animateur de L’OUCIDYS

  • Excellente analyse et superbe plaidoyer. Merci ! Je me sens moins seul...

  • Belle analyse de la situation et autocritique louable.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre