Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > Présentation > L’histoire du Labo de l’ESS > Pour une autre économie > Développer les coopérations sur les territoires > Instaurer un dialogue économique et social territorial multipartites (...)

Instaurer un dialogue économique et social territorial multipartites prenantes

Impression ForumPublié le 28 novembre 2011 

Face à des emplois souvent à temps partiel ou en contrats aidés, c’est sur les territoires que des solutions de mutualisations des ressources, de globalisation de financements, de groupements économiques solidaires, de groupements d’employeurs et autres entreprises de reconversion peuvent être envisagées pour consolider des emplois, gérer des solutions multi-employeurs, construire des transitions professionnelles et une gestion prévisionnelle des compétences.


La mise en place de nouvelles formes de dialogue social territorial ne relèvent pas uniquement de la négociation collective classique, mais intègrent plusieurs parties prenantes dont les collectivités locales et les réseaux de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
sur des questions relatives au développement d’activités et de création emplois sur les territoires. Il s’agit de construire de nouveaux compromis territoriaux où le développement socio-économique local est le fruit d’une responsabilité partagée entre différents acteurs et institutions locales.

Ce dialogue territorial pourrait être le terrain privilégié d’un certain nombre d’expérimentations pour réorienter les politiques conjoncturelles d’emplois aidés et d’insertion vers des politiques d’investissement local de moyen terme. Plusieurs pistes sont à explorer. D’abord, la globalisation territoriale de certains financements d’emplois aidés de manière à consolider et à pérenniser des emplois dans la durée et à sortir d’une logique de sectorisation qui fait fi des besoins sur les bassins d’emploi.
Ensuite, pourquoi ne pas imaginer une réallocation des crédits d’insertion non affectés pour constituer des groupements économiques solidaires ? Certains postes d’insertion sont parfois non pourvus du fait de la baisse d’activité de certaines entreprises et associations d’insertion aujourd’hui fragilisées par la crise.

Enfin, le dialogue territorial pourrait faciliter l’expérimentation d’entreprises de reconversion dans le cadre de plans sociaux touchant des salariés de premier ou second niveau de qualification.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre