Initiative inspirante
Publié le 10 janvier 2017

La coopérative Pointcarré : un écosystème pour le travailleur indépendant

Devanture Coopérative Pointcarré
Mots clés
ESS
emploi
coopérative
tiers-lieu

Le Pointcarré est un Tiers-lieu installé à Saint-Denis et il est aussi un écosystème qui pense tout le cycle de la production et de la diffusion locale. Elie Prévéral, co-gérant de la coopérative, explique lors d’une visite des locaux que ce projet, basé sur un des territoires les plus dynamiques mais aussi un des plus pauvres de France, a pour objectif de développer et de sécuriser le travail des indépendants locaux.

Le bâtiment, ancien garage désaffecté depuis une dizaine d’années, renaît grâce à la volonté d’une coopérative d’acteurs locaux de créer un espace où artisans, créateurs et producteurs indépendants afin qu’ils puissent s’organiser, se structurer et disposer d’un lieu collectif. Après deux ans accordés au développement du projet, à la recherche de financements et aux travaux, la société coopérative d’intérêt collectif par actions simplifiée (SCIC-SAS) a ouvert les portes du Pointcarré en septembre 2016.

Atelier
Atelier
Étagères
Épicerie

Au 20 Rue Gabriel Péri : Coworking, FabLab, boutique et café…

L’édifice de trois étages aux grandes fenêtres invite les passants à entrer et à le découvrir. Au Pointcarré c’est une activité de proximité qui se développe, intégrée et ouverte sur la ville.

Au rez-de-chaussée, le premier espace se compose d’une boutique et d’un café. Les étagères sont remplies de produits locaux – thés et café torréfié à Saint-Denis, jus et autres produits alimentaires, mais aussi de la maroquinerie, de la décoration et d’autres objets produits directement sur place : grâce à un partenariat avec des acteurs du territoire, la coopérative se propose d’être un relais de la production et de l’activité locale. En montant au premier étage on passe par une des deux salles de réunion et de formation et on arrive dans l’espace de coworking, « l’office » : une vingtaine de postes disponibles, dans un espace aménagé avec des meubles en bois de récupération, ouvert à tous les indépendants qui cherchent un espace pour travailler. Au dernier étage, c’est l’ « atelier » : un FabLab équipé de machines telles qu’une imprimante 3D, des fraiseuses, des découpeuses vinyles et laser, que l’on peut louer à l’heure pour une utilisation professionnelle. Des formations sont proposées dans le but de permettre aux travailleurs qui viennent au Pointcarré d’acquérir leur autonomie sur ces outils. Les artisans et créateurs apprennent à utiliser les machines de l’atelier avec des animateurs, de façon à ce que ces usages du numérique deviennent un allié de leur savoir-faire.

D’autre part, le Tiers-lieux organise des rencontres sur divers sujets comme le financement solidaire et la construction d’un modèle économique, en partenariat avec d’autres acteurs comme Les Cigales ou Eco 93.

Table
Epicerie
Magasin
Ordinateur sur plan de travail

Un cycle contre l’isolement et pour la production et la consommation locale

Le constat au fondement du projet, raconte Elie Prévéral, portait sur une analyse du territoire de Saint-Denis, qui compte près de 100 000 habitants et n’avait pas d’espace qui répondait aux besoins des travailleurs indépendants. Pour autant, les 600 ou 700 artisans et créateurs travaillant à Plaine Commune, la Communauté de Communes dont fait partie Saint-Denis, avaient besoin d’un outil collectif pour pouvoir vivre de leur travail. C’est ainsi qu’est née la coopérative Pointcarré. Dans un contexte de forte croissance du travail indépendant, mais aussi de précarisation des conditions de travail, le projet a pour vocation de favoriser le développement du travail indépendant, des droits sociaux des auto-entrepreneurs, et de leur proposer un espace de coopération.

Les trois étages du Pointcarré ne sont pas isolés les uns des autres : ils sont bien pensés comme un espace de vie et de travail qui correspond au cycle de production. Le travailleur indépendant peut venir travailler à l’office, et ainsi sortir de l’isolement imposé par le travail chez soi, puis se former à l’utilisation des machines de l’atelier et enfin mettre son travail en vente à la boutique. De même pour l’habitant qui vient au café, où il pourra consommer un produit local et participer à un des évènements organisés régulièrement dans le lieu. Les occasions de rencontre et de découverte sont nombreuses, différents publics peuvent se retrouver et échanger.

L’idée du Tiers-lieux est symbolisée par l’union des contraires : le point et le carré - de façon comparable aux oppositions courantes entre savoir-faire manuels et machines, entre auto-entreprenariat et groupement d’employeurs (GE), entre artisanat et ESS, et que le Pointcarré fait pourtant vivre en bonne intelligence.

Revenir à la page "Le Mag"
Pour aller plus loin

Tribune

Sandrino Graceffa

Sandrino Graceffa

Administrateur délégué du groupe SMart

Des Tiers-lieux au tiers-travail

Dans les Tiers-lieux s’inventent en permanence de nouvelles formes de relations sociales, en remettant celles-ci au...
Lire plus
tiers-lieux
Field flap
Publié le 10 janvier 2017

Les Tiers-lieux : là où le travail se transforme

L’expression « Tiers-lieux » est une traduction de la notion de « Third Place » issue de l’ouvrage de Ray Oldenburg, The...
Lire plus
Personnes sur des tables en extérieur
Field flap

Vous souhaitez soutenir le Labo de l'ESS ?

Accompagnez la construction de l’économie sociale et solidaire de demain en adhérant à notre think tank et à nos valeurs !

Adhérez