Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > L’actu de l’ESS > Agenda > Les femmes dans l’ESS : les raisons d’une sur-représentation

Les femmes dans l’ESS : les raisons d’une sur-représentation

Jeudi 19 juin 2014 16:00-18:00 Centre de Ressources Régional de l’Economie Sociale et Solidaire en Ile-de-France / 8-10 impasse Boutron, 75010 PARIS (Métro Gare de l’Est ou Château Landon) (Entrée libre)
Impression ForumPublié le 18 juin 2014 

La Chaire d’Économie Sociale et Solidaire de l’Université Paris-Est Marne la Vallée et ses partenaires organisent la deuxième Rencontre Chercheurs - Acteurs 2014 sur : "Les femmes dans l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement.  : les raisons d’une sur-représentation"

La connaissance de l’économie sociale et solidaire a beaucoup progressé notamment par la publication de statistiques nationales qui dénombrent aujourd’hui près de deux millions et demi d’emplois dans son champ. Une grande partie de ses emplois, environ 70%, sont occupés par des femmes alors que cette part tombe à 40% environ dans le secteur privé lucratif. Si ces chiffres sont désormais connus, ils soulèvent néanmoins des questions et des débats quant aux raisons de cette sur-représentation des femmes dans l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. .

Une étude récente de J. Lafranchi et M. Narcy, publiée en 2013, a mobilisé de nombreuses données afin d’éclairer économétriquement les raisons spécifiques ou communes avec le secteur public, qui expliquent les nombreux emplois féminins dans le secteur associatif et celles, à l’inverse, qui expliquent l’emploi masculin élevé dans le secteur privé lucratif, distinguant raisons monétaires et non monétaires.

M. Narcy, l’un des auteurs, détaillera en introduction de la deuxième rencontre chercheurs-acteurs 2014 de la chaire ESS-UPEM, les principaux résultats de cette étude. Ils seront l’occasion d’aborder avec les acteurs professionnels mobilisés par ce sujet, les questions qu’ils soulèvent :

  • quelles discriminations ou, au contraire, opportunités se cachent derrière ces raisons ?
  • quelles préconisations et actions est-il possible d’envisager de manière efficace pour aller vers moins d’inégalités ?

Rencontre animée par un journaliste d’Alternatives Économiques.
Avec :

Inscription : http://www.atelier-idf.org/agenda/

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre