Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > Présentation > L’histoire du Labo de l’ESS > Pour une autre économie > Développer une finance solidaire et responsable > Orienter une part des fonds d’investissement souverains sur la finance (...)

Orienter une part des fonds d’investissement souverains sur la finance solidaire

Impression ForumPublié le 28 novembre 2011 

Deux fonds récents sont particulièrement à considérer. En premier lieu, le Fonds de Réserve des Retraites (FRR), créé en 2000 et doté d’environ 30 milliards d’€ d’actifs en 2008 (objectif de 150 milliards d’ici à 2020). Son objectif est de prendre en charge une partie des dépenses des régimes de base du secteur privé à compter de 2020, au moment du plein impact du choc démographique. Le FRR accumule et place des réserves financières tant que le contexte démographique demeure favorable, puis les utilisera donc pour financer une partie des retraites lorsque les besoins de financement des régimes s’accentueront.


Trois raisons peuvent justifier l’orientation d’une petite partie (entre un 1 et 10 %) du FRR sur le financement de l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. , ce qui n’affectera que très peu la performance globale du fonds et permettra même de la renforcer en temps de crise financière et de chute des bourses, comme c’est le cas avec les FCP 90/10 de l’épargne solidaire.
D’abord, l’un des cinq engagements du FRR consiste à assumer sa « responsabilité sociale vis-à-vis de l’ensemble de nos concitoyens – ce qui suppose une stratégie de placement respectant certaines valeurs collectives en termes de développement économique, social et environnemental. » Le FRR se positionne également comme un « investisseur public de long terme » qui « peut prendre en compte dans sa stratégie les sources de création de richesse à long terme que les marchés ne savent pas toujours bien valoriser ».

Seconde raison : sa gouvernance Gouvernance La gouvernance est l’ensemble des règles et méthodes organisant la réflexion, la décision et le contrôle de l’application des décisions au sein d’un corps social. La gouvernance évoque souvent le « bon gouvernement » et donc des pratiques participatives et inclusives. La gouvernance renvoie aux sphères économiques, sociales, politiques, etc. multi-parties prenantes, avec un Conseil de surveillance formé de représentants des partenaires sociaux, ministères, parlementaires, etc. Au total une vingtaine de membres chargés de fixer les orientations générales de placement du fonds.

Enfin, l’ESS crée de l’emploi, notamment pour des personnes exclues du marché du travail. Elle permet d’augmenter le nombre de cotisants pour les retraites de demain. Il en va donc de l’intérêt direct du FRR que d’investir sur l’ESS. Des réflexions de ce type sont également engagées à l’étranger (Norvège, Hollande…) avec des fonds similaires au FRR.

En second lieu, le Fonds Stratégique d’Investissement, lancé en 2008 sous forme de société anonyme, filiale de la Caisse des Dépôts. Il sera doté au départ de 20 milliards d’euros (14 milliards d’euros en titres et 6 milliards d’euros en numéraire), apportés à parité par la Caisse des Dépôts et par l’Etat. Parfois qualifié de « fonds souverain à la française », ce FSI intervient en fonds propres (toujours minoritaire) pour favoriser le développement des entreprises françaises à caractère stratégique ou à fort potentiel, ainsi que la sécurisation et la stabilité de leur capital. Le FSI se positionne comme « investisseur avisé au service de l’intérêt général Intérêt général La formule intérêt général désigne la finalité d’actions ou d’institutions censées intéresser et servir une population considérée dans son ensemble.

Source : Wikipedia
, avec un horizon de long terme », et avec des doctrines d’investissement adaptées à cet objectif.

De ce point de vue, tout comme pour le FFR ou l’épargne salariale, une part minime du FSI pourrait être fléchée sur le financement de la croissance d’entreprises de l’ESS, soit directement sur des « tickets » de plusieurs millions d’euros, soit via le financement de fonds d’investissement dédiés à l’ESS.
Une variante de cette proposition consisterait à créer une sorte de « FSIS » (Fonds stratégique d’investissement solidaire) qui serait entièrement dédié au financement des entreprises sociales et solidaires, stratégiques, innovantes ou à fort potentiel de développement.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre