Initiative inspirante
Publié le 1 mars 2017

Le PTCE Sud Aquitaine : un processus collectif d’acteurs au service de l’emploi local

Trois femmes riant
Mots clés
PTCE
circuits courts
insertion
écoconstruction

Un levier favorable au maintien et à la création d’emploi de qualité ? Le décloisonnement, la mutualisation, la coopération, comme dans les PTCE, dont voici l’exemple du PTCE Sud Aquitaine : extrait de la publication « Transformer l’emploi, redonner du sens au travail », sortie en février 2017 et réalisée par le groupe de travail « Nouvelles formes d’emploi » du Labo de l’ESS.

Quand les Pôles Territoriaux de Coopération Economique (PTCE) créent un écosystème vertueux au service de l’emploi de qualité

« Le pôle Sud Aquitaine regroupe déjà 23 structures de l’ESS et rayonne sur l’ensemble des Pyrénées Atlantiques », affirme Jean Mougenot, son coordinateur.

« Nous le voyons comme un processus collectif d’acteurs et non comme un lieu où une structure-mère chapeauterait l’ensemble. »

Dans ce territoire du sud-ouest frappé par la fin de l’industrialisation, la coopération des parties prenantes du pôle -élus locaux, acteurs économiques privés et publics et syndicats de salariés – a débuté il y a une quinzaine d’années. C’est donc très logiquement qu’ils se sont regroupés en 2014 dans le conseil d’administration du Comité de Bassin d’emploi de Seignanx (CBE, association loi 1901 et structure socle du pôle).

« Le collectif constitue l’essence même de ce pôle. Nous pensons donc toujours l’organisation pour impliquer le maximum d’acteurs », poursuit Jean Mougenot. Un comité de coopération regroupe tous les responsables de structures et se réunit régulièrement. Et le PTCE est organisé en cinq fonctions au sein desquelles coopèrent les structures : la formation, la création d’activités, l’accompagnement de porteurs de projets, la recherche et développement et l’animation territoriale.

Au fil du temps, le pôle a développé une vraie réflexion sur l’emploi. « Nous avons travaillé dans l’optique ‘’comment peut-on sécuriser ?’’, ‘’comment peut-on trouver des formes hybrides ? ’’ ». La première réponse a été le développement de deux groupements d’employeur : un GE multisectoriel classique, sur le secteur marchand et un GE plus original sur le secteur non-marchand (pour les associations et les collectivités). Des conseils d’administration inter-GE sont organisés. « Nous avons ensuite créé des GEIQ (groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification), « avec systématiquement une visée de qualification officielle, de reconnaissance de la convention collective, de meilleur salaire, etc. »

En matière d’emploi, le PTCE Sud Aquitaine réunit ainsi aujourd’hui deux entreprises d’insertion, trois GEIQ, deux GE, un PLIE (plan local pour l’insertion et l’emploi), un centre de formation et trois CAE en Scic. Ces structures développent de l’éco-habitat, de la mobilité pour demandeurs d’emploi et travailleurs en insertion, des circuits courts agricoles (une légumerie, un projet territorial de restauration collective), de la finance solidaire (un fonds de finance et d’épargne locale), de l’industrie (un centre de formation industrie) et de l’accompagnement social (foyers de jeunes travailleurs).

Revenir à la page "Le Mag"

Vous souhaitez soutenir le Labo de l'ESS ?

Accompagnez la construction de l’économie sociale et solidaire de demain en adhérant à notre think tank et à nos valeurs !

Adhérez