Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > Présentation > L’histoire du Labo de l’ESS > Les Cahiers d’espérances > Visualiser les Cahiers

Créer un habitat adapté aux situations de jeunesse

Argumentaire

Ces trente ou quarante dernières années, les villes se sont étirées par l’effet conjugué de l’accession à la propriété et de la rareté ou cherté du foncier dans le noyau urbains des agglomérations. Des bourgs modestes situés à 10 ou 20 kilomètres de la ville centre ont vu leur population doubler ou tripler en ce laps de temps et devenir de véritables pôles de centralité pour les communes voisines avec commerces, services, équipements…, appuyés par un réseau de PME et d’artisans.

Toutefois, si le développement des services et de l’économie du territoire a pu se réaliser, il n’en va pas de même pour la mixité de l’habitat. Historiquement développées par l’accession à la propriété, le logement individuel de type familial, est dominant dans ces villes. Le parc locatif privé y est une denrée rare et le parc locatif social a pris un retard considérable. La majeure partie des villes déficitaires au titre de l’article 55 de la loi SRU, sont des villes péri urbaines.

Du fait de ce mode dominant d’habitat, les jeunes actifs ne peuvent ni y décohabiter ni les rejoindre, faute d’une offre résidentielle adaptée aux débuts de parcours. De fait, la tranche d’âge 16-25 ans non rattachée à un foyer fiscal parental est la grande absente des recensements. Conscients des enjeux en terme de mixité d’habitat et d’attractivité, en Indre et Loire, les gouvernances de ces territoires se sont lancées dans des Programmes Locaux de l’Habitat (PLH).

Chaque fois invitée, l’Association Jeunesse et Habitat, par le biais d’un diagnostic précis des besoins, a pu préconiser la création de réponses adaptées pour les jeunes.

Facteurs de succès

• De nombreux jeunes ont bénéficié de cette initiative et ont pu trouver un logement décent sur un territoire jusqu’ici très peu couvert. Au-delà de ce service favorable aux jeunes, cela participe au dynamisme du territoire et à son attractivité auprès de jeunes adultes. D’autre part, l’inscription du logement des jeunes dans la politique départementale peut constituer un effet levier pour que la question de la jeunesse soit globalement mieux prise en compte par les pouvoirs publics locaux.

• Cette initiative est tout à fait reproductible sur d’autres territoires, elle dépend cependant de l’initiative d’acteurs locaux conscients de leur environnement local et de ses problématiques. Dans ce sens c’est un projet qui s’inscrit parfaitement dans l’économie sociale et solidaire, car il s’appuie sur le volontarisme d’une diversité d’acteurs réunis autour d’un projet commun de développement local. Il mène des acteurs variés, collectivités, associations, bailleurs, jeunes, à se rencontrer autour d’un projet commun.

Impacts de l'initiative

Points forts

  • un engagement fort des élus,

  • des relais locaux de proximité pouvant assurer l’accompagnement du quotidien,

  • un plan de financement permettant d’assurer un équilibre économique intégrant une certaine vacance,

  • rendre possible la mutation de la résidence dans le droit commun du logement social,

  • impliquer les entreprises

L'organisation

Initiative multi-partenariale

Les acteurs (Qui ?)

Pilote : Association Jeunesse et Habitat (Indre-et-Loire)

Partenariat

Les acteurs du territoire inscrits dans les champs de la jeunesse, du logement, de la formation et du développement économique.

Présentation de l'initiative (Quoi ?)

Avec l’appui de l’Etat et du délégataire des aides à la pierre (le Conseil Général), il convenait avant tout de mettre en conviction les différentes gouvernances des territoires périurbains pour qu’à partir de leurs PLH, elles puissent se doter d’un plan local pour l’habitat des jeunes intégrant pour les jeunes, des logements d’installation, des logements temporaires et des logements accompagnés (pour les plus fragiles d’entre eux).

A partir de diagnostics réalisés, une offre en micro résidences FJT peut être éventuellement proposée avec une forme de co-gestion de l’occupation via les services logements des villes appartenant aux communautés de communes.

Les objectifs se déclinent ainsi :

  • Favoriser la mobilité professionnelle des jeunes,

  • Accompagner le développement économique,

  • Faciliter l’installation de jeunes sur le territoire,

  • Accompagner à l’insertion sociale et professionnelle de jeunes

En savoir plus

asso-jeunesse-habitat.org/

Ressources, financements et moyens utilisés

  • Etat

  • Conseil Général

  • CAF

  • EPCI d’accueil

  • Fondations pour l’investissement

Synthèse de mon indignation en une seule phrase

Développer une offre d’habitat adaptée aux situations de jeunesse