Initiative inspirante
Publié le 24 février 2017

Syndex, le management tout électif

Femme parlant devant un public
Mots clés
ESS
insertion
emploi

Un exemple de gouvernance coopérative éprouvée dans le temps : Syndex. Extrait de la publication « Transformer l’emploi, redonner du sens au travail », sortie en février et réalisée par le groupe de travail « Nouvelles formes d’emploi » du Labo de l’ESS.

Quand les Sociétés Coopératives et Participatives de Production (Scop) proposent un modèle d’entreprise qui valorise les salariés et donne du sens à leur emploi

Syndex, société d’expert-comptable créée en 1971, cumule deux activités : l’assistance aux élus du personnel et à leurs organisations dans le cadre de leurs attributions économiques ; la conduite des missions des Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) avec des conseillers-experts psychologues, ergonomes et consultants.

Le cabinet n’a pas attendu un statut juridique pour adopter les principes de gouvernance coopérative. « Nous sommes nés dans la mouvance autogestionnaire et dès sa création, les principales décisions de la société étaient soumises à des votes de type 1 personne = 1 voix », explique David Dupuy, directeur au sein de la structure. « Et depuis 45 ans, c’est comme cela que l’on fonctionne sur toutes les décisions stratégiques ».

Personnes discutant ensemble

« Je me représente bientôt pour un second et dernier mandat de directeur. Si je suis élu à la prochaine Assemblée générale, je ne serai plus directeur de Syndex dans trois ans. Et c’est très bien comme ça ! ». De plus, le comité de direction de l’entreprise est composé de cinq personnes élues ensemble. « Ce sont des équipes qui sont élues et non des personnes », poursuit David Dupuy, « un mode d’organisation qui entraine beaucoup de co-responsabilités, de partage, de collectif. » Ce principe de mandat tournant, où chacun est en capacité d’accéder à des fonctions de responsabilité, donne un sens au travail, et permet d’associer un maximum de personnes aux décisions de l’entreprise sur la durée. « Chaque salarié comprend rapidement que Syndex, c’est son entreprise, et qu’il est associé à son développement pour le meilleur… et aussi parfois pour les périodes difficiles », poursuit David Dupuy. « Cela crée une forte solidarité. On a vraiment tous conscience d’être dans le même bateau ».

Cette forme avancée de coopération ne freine pas le développement de l’entreprise, bien au contraire. Le cabinet est en pleine expansion. Il pèse aujourd’hui 53 millions d’euros de chiffre d’affaires, compte 450 salariés, recrute une trentaine de personnes par an et est présent dans 17 sites en région et dans 5 autres pays européens. « Notre style de gouvernance coopérative nous motive et nous stimule. Elle constitue un élément clef de notre dynamisme », conclut David Dupuy.

Revenir à la page "Le Mag"
Pour aller plus loin

Tribune

Hugues Sibille

Hugues Sibille

Président du Labo de l'ESS

Transformer l’emploi, redonner du sens au travail

Où allons-nous ? Les citoyens attendent du temps présidentiel qu’on lève collectivement le nez pour savoir quelles sont...
Lire plus

Tribune

Hugues Sibille

Hugues Sibille

Président du Labo de l'ESS

Et l’emploi dans tout ça ?

Il y a des jours où il faut doubler sa dose de vitamines ESS pour ne pas perdre l’optimisme ! Ces jours ci par exemple...
Lire plus
Plateformes numériques
Field flap
Publié le 2 novembre 2020

L’ESS, une vraie alternative à l’ubérisation du travail !

Qui n’a jamais réservé un logement sur Airbnb, commandé un livre sur Amazon ou encore fait appel à Deliveroo un pluvieux...
Lire plus

Vous souhaitez soutenir le Labo de l'ESS ?

Accompagnez la construction de l’économie sociale et solidaire de demain en adhérant à notre think tank et à nos valeurs !

Adhérez